»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
Roger CAVALIÉ. Biographie
19 novembre 2013
Roger CAVALIÉ

Roger CAVALIÉ

Par quel chemin suis-je venu à votre rencontre ?

En 1938, le secrétaire de mairie de Sauvagnas, une petite commune rurale du Lot-et-Garonne de 300 habitants, note dans le registre d’état civil que le 14 mai, à 11h30, Roger Georges CAVALIÉ est venu majorer d’une unité la population française du moment estimée à environ 41 500 000 âmes.
Je faisais désormais partie de ce monde.

Dès mes 4 ans, je n’échappe pas aux contraintes de l’époque qui provoqueraient aujourd’hui une saturation de la ligne téléphonique 119 : chaque jour de classe, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il gèle, je chausse mes galoches et me rends à pied à l’école communale distante de deux kilomètres de la ferme de mes parents.

À 12 ans, je suis admis au concours d’entrée au Cours Complémentaire de garçons du chef lieu du département, le Cours Complémentaire Jasmin à Agen. Eh oui ! L’entrée en 6ème se faisait alors sur concours !

À 17 ans, toujours sur concours, j’intègre l’École Normale d’instituteurs du Lot-et-Garonne puis, après mon mariage et le service militaire, j’occupe un poste dans une classe unique en France métropolitaine. Ensuite, j’exerce durant 8 ans en coopération en Algérie où naissent, en 1967, mes filles jumelles, puis 3 ans en détachement aux îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie), un an à Tadjoura ( en Territoire Français des Afars et des Issas), et deux ans à Djibouti.

En 1978, encore sur concours, j’intègre le corps des inspecteurs départementaux de l’Éducation Nationale et je suis affecté pendant 3 ans en Métropole avant d’aller goûter à la douceur des alizés des Iles-Sous-Le-Vent (Polynésie française).

Enfin, « heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… et puis est retourné, plein d’usage et raison (je n’ai personnellement pas cette prétention) Vivre entre ses parents le reste de son âge !», j’ai rejoint le Tarn-et-Garonne où j’ai terminé ma carrière et pris une retraite que j’estimais bien méritée après avoir rédigé des milliers de rapports d’inspection.

Que nenni ! C’était sans compter avec mon environnement familial et mes amis !
« Tu devrais maintenant écrire pour le plaisir ! Écris donc un livre ! » me répétaient-ils.
J’ai fini par les écouter et j’ai écrit « Le Vieux Cartable » que les Éditions De Borée m’ont fait l’honneur de publier.

À vous de me dire si j’ai bien fait de les écouter et si l’éditeur a été perspicace dans son choix.

Contact :

Tél. Fixe : 05 63 93 56 34
Tél. Port. : 06 76 52 41 70

Courriel : cavalieroger140538@yahoo.fr

Blog : http://roger-georges-cavalie.overblog.com

Pour voir l’article dans Luchon Mag, cliquez ici


Une réponse  
OUGHLIS
5 octobre 2015

Bonjour,
Cher Monsieur Roger Cavalié,
j’ai eu les larmes aux yeux quand j’ai vu votre photo sur l’écran de mon ordinateur qui m’a fait revivre les années 1966,1967,1968 quant vous étiez Directeur d’école des Eucalyptus commune d’El-Harrach ALGER.
Vous étiez un Homme de valeur et une personne très respectable. Votre responsabilité, envers nous, a été honorée de fort belle manière. On vous remercie beaucoup, du sacrifice mené envers les élèves de cette époque là.
Je n’oublierai jamais le jour ou on devrai passer l’examen de 6ème,vous avez décidé de nous prendre sur votre véhicule » Renault 4cv » pour nous photographier et l’achat des cartes scolaires. L’action a été réalisée dans des meilleures conditions par vos soins. Je vous remercie Monsieur mon DIRECTEUR ainsi que votre femme qui m’a enseignée.
Naceur OUGHLIS
e.mail: naceuroughlis@yahoo.fr

Réagir à l'article

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.