»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Des cartes à la guerre ». Jean-Paul ESCALETTES
13 Juil 2016
"Des cartes à la guerre". Jean-Paul Escalettes

« Des cartes à la guerre ». Jean-Paul Escalettes

Un général de Napoléon.    1798-1814.

Retrouvez le héros de « L’extraordinaire destin de Ponsolle-Santat 1769-1797 » dans de nouvelles aventures ! Après plusieurs mois d’aventures en Italie, il reçoit l’ordre de se rendre à Toulon. Où , le 9 mai 1798, il quitte Toulon à bord d’un navire pour une destination inconnue. Après deux mois en mer, il foule le sable d’Egypte ! Imaginez sa surprise!!! Sous le ciel étoilé du Caire, il découvre les plaisirs orientaux avec les Egyptiennes… De retour en France, le héros enchaîne les missions. Lors de la Paix d’Amiens, il se marie mais retrouve vite les combats comme sa génération. Il parcourt l’Europe des Pays-Bas à l’Espagne. Républicain, il refuse de prêter serment à l’Empereur mais continue à se battre, enchainant missions et aventures. Dans un Empire où le fait du prince devient la règle, il résiste à la colère impériale grâce au soutien de ses amis de jeunesse et de guerre. Pourtant de combats en combats, il est un général parmi tant d’autres. Il vit la chute de l’Empire à Toulouse en 1814. L’Empire s’écroule, il rencontre le maréchal Soult, c’est un nouveau tournant dans sa vie.

« Saragosse, une épine pour Napoléon ». Jean-Paul ESCALETTES
13 Juil 2016
"Saragosse, une épine pour Napoléon". Jean-Paul ESCALETTES

« Saragosse, une épine pour Napoléon ». Jean-Paul ESCALETTES

Étude sur les deux sièges de 1808 et 1809, connus en Espagne connus sous le nom de Los Sitios.
L’auteur nous plonge avec précision dans l’Aragon et sa capitale. Tout en étudiant l’aspect militaire avec sa solide compétence Jean-Paul Escalettes nous fait découvrir cette population espagnole animée par sa fierté naturelle et son refus atavique des envahisseurs étrangers. Les militaires français de tout grade doivent gérer cette nouveauté : être rejetés par une population à qui les « Fils de la Révolution » souhaitent apporter la liberté des idées nouvelles. Comme il nous y a habitués l’auteur, cartographe émérite, enrichit son ouvrage d’un cahier de plans inédits extrêmement lisibles réalisés à partir des sources originales. Avec de splendides illustrations, on ne saurait oublier de signaler les notices complémentaires, une chronologie précise de la période, une bibliographie judicieuse, les descriptions des principaux lieux, une plaisante évocation autour des sièges et les notices bibliographiques des acteurs historiques tant Français qu’Espagnols. Au cours des deux sièges les Aragonais tiennent tête aux troupes napoléoniennes, démontrant la volonté d’indépendance du peuple espagnol. C’est l’un des tout premiers exemples de guérilla urbaine. Le 20 février, Saragosse se rend, après que la ville ait perdu la moitié de ses habitants. Les armées de Napoléon ont conquis une ville d’Espagne mais l’Espagne a gagné un mythe. A son habitude Jean-Paul Escalettes nous fait découvrir un épisode de l’Histoire européenne même si nous ne sommes pas des supporters ardeurs de la gloire napoléonienne.

« Au temps des souvenirs. Tome 3 ». Jean-Paul ESCALETTES
13 Juil 2016
"Le temps des souvenirs, un général de Napoléon de l’épopée aux violettes 1815-1841." Jean-Paul ESCALETTES

« Le temps des souvenirs, un général de Napoléon de l’épopée aux violettes 1815-1841. » Jean-Paul ESCALETTES

Un général de Napoléon de l’épopée aux violettes

Retrouvez le héros des précédents romans ; retiré à Sorèze, il se tient loin des intrigues. Pourtant sa vie n’a rien de monotone ! C’est alors qu’il commence à rédiger cette suite d’ouvrages : sa vie, une saga de 23 ans aux Armées !
Ancien général, républicain convaincu, il porte un regard lucide sur les mouvements de son temps. Toute sa vie il a adoré lire, il peut enfin assouvir son penchant, et porte un regard neuf sur la littérature de son temps. Malgré des drames, il a la joie de retrouver ses amis de jeunesse. Lors du Retour des Cendres de l’Empereur, malgré son rejet de l’Empire, il se rend à Paris le 15 décembre 1840. Vivez cet événement avec lui comme si vous l’accompagnez durant cette grandiose et émouvante cérémonie : le grade et les amitiés de notre héros lui permettent d’être aux meilleures places pour voir l’Empereur rejoindre, selon ses dernières volontés, Paris. Il pleure sa jeunesse et ses amis disparus.

« Des Grognards à Napoléon, Les cuisines de l’Empire. » Jean-Paul ESCALETTES
13 Juil 2016
"Des Grognards à Napoléon, Les cuisines de l’Empire." Jean-Paul ESCALETTES

« Des Grognards à Napoléon, Les cuisines de l’Empire. » Jean-Paul ESCALETTESSuivi d’un recueil de recettes pour les cérémonies et le bivouac.

« Le soldat français est le seul, en Europe, qui puisse se battre à jeun » Napoléon I°
Malgré cette affirmation Napoléon I°, en 1806, attribue une somme d’argent (masse d’ordinaire) pour mieux nourrir les troupes en campagne car, explique-t-il, un soldat ne se bat bien que s’il a le ventre plein. On peut être Empereur, dire une chose et faire le contraire… De la théorie à la réalité, il y a plus d’un pas de soldat ! Se nourrir se complique quand le pays est pauvre si en plus, comme en Espagne, la population est hostile : en recherchant de la nourriture on s’expose aux embuscades. Retrouver leur quotidien, c’est célébrer le courage qui les a menés aux quatre coins de l’Europe, le plus souvent le ventre vide. De leurs périples guerriers, ils ramèneront recettes ou mets nouveaux et introduiront leurs propres habitudes. Napoléon I° institutionnalise la table. Il transforme les agapes fraternelles entre gastronomes, officiers ou soldats en instruments de gouvernement. Clin d’œil de l’histoire, c’est sous son règne que le service à la française commence à être supplanter par celui à la russe ! Grands cuisiniers ou grands gastronomes du Premier Empire marquent l’histoire culinaire pour des siècles. En cela ils rejoignent l’Empereur dans la légende ! A côté de l’usage politique de la table et de la connaissance gastronomique, l’auteur a voulu retrouver le quotidien de ceux qui ont gagné les batailles de Napoléon avec leurs pieds ! Une cuisine simplifiée par les obligations militaires va à l’essentiel, seul l’uniforme distingue entre le champ de blé et le champ de bataille. L’expérience des bivouacs s’enrichira de quelques recettes faciles à réaliser au cours des journées historiques. Rien de tel pour la paix des peuples qu’une bonne soupe partagée autour du feu…Et aujourd’hui, le Devoir de Mémoire peut passer par la Table. Les valeurs culinaires européennes doivent se défendre la fourchette à la main !!!

« Petit précis du 10 avril 1814, la bataille de Toulouse, les généraux, l’armement, la vie quotidienne, les lieux ». Jean-Paul ESCALETTES
13 Juil 2016
"Petit précis du 10 avril 1814, la bataille de Toulouse, les généraux, l’armement, la vie quotidienne, les lieux." Jean-Paul ESCALETTES

« Petit précis du 10 avril 1814, la bataille de Toulouse, les généraux, l’armement, la vie quotidienne, les lieux. » Jean-Paul ESCALETTES

Le grand aigle qui dominait l’Europe vient de replier ses ailes, depuis le 6 avril 1814 mais Toulouse ne le sait pas encore. Napoléon de son côté ignore que la dernière bataille de l’Empire, qui, au regard de l’histoire, apparaît comme inutile, oppose dans la capitale du sud-ouest l’un de ses maréchaux, Soult, à celui qui deviendra son vainqueur à Waterloo (un an plus tard): Wellington. Dans les jours qui précèdent la bataille, 65 000 Toulousains craignent pour leur ville. Le 10 avril, ils tremblent, pour leur vie. La ville cernée a peur. Les hommes sont usés, épuisés par la longue Guerre d’Espagne qui dure depuis sept ans. Comment assurer la victoire qui devient vite hypothétique face à l’ennemi doté d’un armement puissant et qui campe très vite sur des positions stratégiques. 42 000 soldats français occupent la cité cernée par 50 000 soldats ennemis dont 13 000 espagnols. Les Toulousains connaissent les atrocités commises en 1808 et 1809 aux deux sièges de Saragosse. Les Toulousains redoutent que les Espagnols, nombreux à vivre parmi eux, ouvrent les portes de la ville à leurs compatriotes qui sont sous les ordres de Wellington. Les Espagnols vont-ils se venger ? Le 10 avril au matin, les fusées à la Congreve (du nom de l’Anglais qui les mit au point), arme terrifiante et dont la portée est supérieure au meilleur canon de l’époque, s’élancent dans le ciel de Toulouse. Quinze heures durant, 173 canons tonnent sur la Ville Rose. Dans les faubourgs de la ville, le long de l’ers les combats se multiplient. Héros d’un seul jour, Wellington, entre en vainqueur dans Toulouse… 975 hommes auront perdu la vie, dont un lieutenant-colonel anglais, Forbes, et un général de division français, Taupin, on dénombre des deux côtés plus de 6000 blessés. La municipalité de Toulouse donnera à quelques rues des noms rendant hommage à ces combats : rue 1814, du 10 avril, Taupin, avenue de la colonne (qui commémore la bataille, sur la butte de Jolimont). Ce petit précis est issu de l’ouvrage suivant paru en 1999 (du même auteur et chez le même éditeur) augmenté notamment de descriptions des lieux toulousains qui évoquent cette bataille. L’auteur s’est particulièrement attaché à rendre vivante cette journée historique.

« L’extraordinaire destin d’un ariégeois ». Jean-Paul ESCALETTES
15 Nov 2011
Jean-Paul Escalettes

Jean-Paul Escalettes

L’extraordinaire destin d’un ariégeois,  Général de la République, Officier de Napoléon : Jean-Paul Ponsolle-Santat (1769 – 1841)

La vie du personnage présente tous les aspects des aventures romanesques.

Fils de la République, il parcourt l’Europe dans tous les sens et le Moyen-Orient.

Que de découvertes pour cet Ariègeois !

De rebondissements en rebondissements Jean-Paul, Joseph, Baptiste Ponsolle-Santat, nous captive par la qualité de sa vie. Ayant noirci de ses impressions de nombreux carnets tout au long de sa vie mouvementée, à la retraite il en tire la matière de ses souvenirs.

Une vie quotidienne, au plus près du terrain avec les « petits », les sans grade, alimente son roman de la richesse du vécu.

Général de la République, il travaille avec les personnalités de son temps. Nous vivons l’Histoire en direct.

Elle se déroule sous les yeux d’un officier, mais aussi chef de famille, avec ses joies et ses malheurs. Ingénieur-géographe des armées, il aborde la vie militaire et les combats sous un angle inédit. Au milieu des héros de l’Epopée Napoléonienne, le roman évoque une Histoire qui est aussi celle d’hommes et de femmes bien de chez nous.

Malgré les aléas de la vie militaire le personnage principal, passionné de l’amour des livres, émaille le récit de souvenirs de lecture inédits qui vont de la Révolution à la Restauration en passant par l’Empire… Lire la suite »

Jean-Paul ESCALETTES. Biographie
24 Juin 2011
L’auteur dédicace ses ouvrages au Palais Niel (Q.G. de la 11° BP)

L’auteur dédicace ses ouvrages au Palais Niel (Q.G. de la 11° BP)

Jean-Paul Escalettes, marié, est né à Toulouse en 1945, dans une famille toulousaine aux racines ariégeoises et languedociennes. Il hérite de son grand-père et de son père, la passion de l’histoire. De l’école primaire à la faculté, il effectue ses études à Toulouse puis, effectue son Service Militaire dans une école de l’Armée de l’Air, le 1° mai 1968 ! Il collabore avec des personnalités aussi variées que le général Bigeard ou le mime Marceau !
Retraité en 2001, d’un grand groupe de distribution d’énergie, où il a participé à des projets nationaux avec les précurseurs des Systèmes d’Information Géographique. Expert en application informatique, il assure de 1975 à 2000, la formation des personnels spécialisés en langages informatiques. Il intervient hors du groupe dans divers IUT de la filière technique.
Plusieurs années il a animé un journal local de jeunes au sein des Foyers Ruraux.
Durant vingt deux ans, moniteur national, bénévole, de secourisme auprès des sapeurs-pompiers, il contribue ainsi à la formation de plus de 1000 personnels spécialisés…
Étudiant, il s’est passionné pour la Première Guerre Mondiale, avant qu’elle soit un sujet d’études reconnu.
Photographe averti, il a pratiqué cette passion durant plus de 30 ans. Il a déposé en 2004, aux Archives de la Ville de Toulouse un fonds de plus de 10 000 clichés noir et blanc ou couleurs.
Sa passion de l’Histoire le conduit à participer à l’aventure d’où naîtra l’association des Amis des Archives de la Haute-Garonne, dont il sera vice-président durant près de 15 ans. Qu’il préside aujourd’hui.
A partir de ses recherches dans les dépôts d’archives, il se spécialise sur la Guerre d’Indépendance d’Espagne 1807-1814 et son prolongement sur le territoire français avec des études précises sur les sièges en Espagne comme Saragosse, Monzon… et le problème du franchissement des coupures d’eau au XIXe siècle. Mais aussi l’histoire et la légende des violettes. Lire la suite »

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.