»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Lisle d’Albigeois » (Lisle-sur-Tarn) . Gérard VEYRIES
14 Déc 2017

Lisle d’Albigeois

Lisle d’Albigeois

(Lisle-sur-Tarn)

 

Au XIIIe siècle, l’Albigeois était quadrillé de ces villes privilégiées ou bourgeoises qui, tout en restant juridiquement et politiquement administrées par les officiers seigneuriaux, avaient su acquérir dans les domaines financier, commercial, industriel et administratif les libertés nécessaires à leur libre indépendance, ainsi qu’à leur libre développement démographique et urbain.

S’intéresser à la fondation, ou plutôt à la refondation de Lisle d’Albigeois impose de s’interroger sur les étapes qui l’ont précédée et ce qu’elle porte en héritage.

Jusqu’où les racines de Lisle remontent-elles ? Sur quel territoire étendait-elle son pouvoir ? Que l’on ne s’attende pas à des réponses définitives !

À Lisle plus qu’ailleurs, on peut faire dialoguer des sources écrites du Moyen Âge ainsi que des sources archéologiques de l’époque gallo-romaine qui sont, les unes comme les autres riches et variées.

Retracer dans ces lignes générales l’histoire de cette première bastide, c’est montrer toute la place qu’elle occupait dans l’Albigeois au Moyen Âge.

En fait, sur le parcours touristique des bastides albigeoises, seule la bastide de Lisle-sur-Tarn correspond à cette appellation.

L’auteur n’a ici d’autre ambition que celle d’exposer avec ordre et clarté des questions souvent complexes que l’on a rarement traitées dans leur ensemble.

Cet ouvrage permet de remettre en question nos idées reçues en dévoilant un passé insoupçonné, et donc de révolutionner nos certitudes.

 

Format : 17 x 24 cm – 292 pages;      Prix 24 € TTC

En vente à la maison de la presse de Lisle-sur-Tarn , 32, rue Compayré

Tél. Fixe : 05-63-41-05-86 et portable : 06-73-49-64-97

Gérard Veyries est issu d’une vieille famille de Lisle-sur-Tarn, il est natif de cette localité. Étant retraité de la Délégation générale de l’armement, la fibre de ses racines l’a amené à écrire quelques ouvrages sur l’histoire de sa commune et à créer un site personnel, orienté vers l’avenir, notamment vers l’Europe, dont l’adresse informatique est :

http://lislesurtarn.free.fr

L’auteur partage tout simplement le fruit de ses recherches avec le lecteur qui s’intéresse à l’urbanisation, à l’histoire, de cette première bastide albigeoise du XIIIe siècle.

L’Albigeois au Moyen Age. Conférence à Cahuzac sur Vère (81)
15 Sep 2015

Conférence par Gérard Veyriès  Samedi 26 Septembre 2015 en l’église de Granéjouls.

Au profit de la restauration de l’église.

Conférence "L'Albigeois au Moyen Age" - Gérard Veyriès

Conférence « L’Albigeois au Moyen Age » – Gérard Veyriès

Tarif : 10€

1212-2012 Histoire du Pays Albigeois (2)
6 Nov 2012

Dans mon dernier article concernant l’année 1211, nous avons vu les premiers événements de la croisade menée contre les Albigeois, la prise de Lavaur, et la bataille de Castelnaudary. Par ce présent article, nous allons poursuivre cette épopée pour l’année 1212.

Reconquête de l’Albigeois par les croisés – Hiver 1211/1212

Fanjeaux (Aude), ancien nid d’hérétiques, demeure le centre de la garnison, le lieu d’attache de Simon IV de Montfort, car après chaque expédition, l’armée des croisés s’y ravitaille en soldats ainsi qu’en vivres, pendant l’hiver 1211/1212.
On ne sait si cet hiver a été plus clément que les précédents, ou si la situation est à ce point critique, qu’elle exige une action rapide. Peut-être que Simon IV de Montfort veut profiter immédiatement de l’aide substantielle de nouvelles recrues qu’il vient de recevoir. Toujours est-il, que pour la première fois depuis le début de la croisade de 1209, l’hiver n’interrompt pas trop la guerre. Lire la suite »

1211-2011, Història del Païs Albigés. Gérard VEYRIES
18 Jan 2012

La croisade lancée contre les Albigeois par le souverain pontife, Innocent III dès 1208 est très active en Terre d’oc depuis le sac de Béziers du 22 juillet 1209, et par la prise de Carcassonne le 15 août 1209, puis par la chute de Minerve le 22 juillet 1210, où l’armée du Christ organise un bûcher pour 180 hérétiques. La conquête se poursuit par la prise de Termes le 23 novembre 1210, après trois mois de siège. Enfin pour cette année 1210 dans le Carcassès, se sont, les chutes des places fortes d’Alayrac, de Pennautier, de Bram, etc.

Lire la suite »

« La Terre d’Oc du IVième au XIIième siècle » Essai historique de Gérard Veyriès
8 Déc 2010

Gérard Veyriès

Gérard Veyriès

Gérard Veyriès présente son quatrième ouvrage à ses lecteurs.

Qu’est-ce qui stimule la curiosité historique de l’auteur ? Après ses deux ouvrages dédiés à la bastide de Lisle-sur-Tarn qui lui est chère, son regard s’est élargi sur les guerres de religion en Albigeois. Présentement notre historien lislois évolue dans un temps qui va du ive au XIIe siècle. Ce passage de l’Empire romain au royaume des Francs figurerait aux yeux de l’auteur  La Terre d’oc du ive au XIIe siècle – Essai historique. Ce titre, adressé à une période mal connue de notre histoire, ne manque pas de surprendre. Quel enseignement allons-nous en tirer ?

En écrivant ce nouvel ouvrage, ne risque-t-on pas d’inutiles répétitions par un retour sur les histoires des Gaules, d’Aquitaine, et de la Narbonnaise ?

C’est ce que nous avons d’abord pensé, mais à la réflexion il nous a semblé utile d’apporter en pareille matière, quelques aperçus originaux, et même des faits nouveaux, empruntés à des documents, à des ouvrages, dormant jusqu’à ce jour sous la poussière de diverses archives et bibliothèques.

Ce travail a pour objet de révéler « les prémices des destinées humaines » de la Terre d’oc. Dans cette nouvelle entreprise nous n’avons que le souci de l’histoire objective et pour cela nous nous servons des événements historiques. On ne saurait bien comprendre ces derniers que si, par un effort de sincérité, nous les replaçons dans le milieu où ils ont pris naissance au sein des diverses sociétés, afin de pénétrer les idées qui les ont inspiré et la mentalité des individus en ces temps là.

Avec cette nouvelle épreuve nous avons relevé le défi de faire revivre également quelques sites historiques de l’Albigeois. Aussi, dans l’intérêt de l’histoire locale et régionale, nous développons notamment celui de Monteacuto, Montagu ou encore Montaigut, (Montégut en Albigeois). Ici, l’origine de ce site nous reste méconnue par manque de documentation. Son horizon s’est cependant éclairci grâce à un travail de prospections. Et les documents acquis nous permettent de comprendre certains événements liés à la vicomté de Carcassonne, à la commanderie des Templiers de Vaour ainsi qu’à l’histoire du comté de Toulouse. Lire la suite »

« Histoire d’une bastide : Lisle sur Tarn » Gérard Veyriès
21 Sep 2010
Gérard Veyriès
Gérard Veyriès

Voici le premier livre de l’histoire de la bastide de Lisle-sur-Tarn ; cet ouvrage nous permet de découvrir une partie des événements vécus dans cette commune.

L’auteur débute par la période Préhistorique entre le Tarn et le Tescou ; il poursuit, avec les tous premiers peuplements du pays Albigeois ; ce qui nous fait connaître un début de l’histoire de Montaigut en Albigeois. Ancien castrum, Montaigut devient par la suite un habitat de hauteur, sous la protection de son château fortifié et de ses vaillants chevaliers.

L’époque du Moyen Âge est relatée ; ainsi qu’une partie de la croisade menée contre les Albigeois qui, par le traité de Paris en 1229, mettra fin à ce conflit, et entrainera le démantèlement du château de Montaigut, comme bien tant d’autres en Terre méridionale.

Dans la période de 1230 à 1248, il est vraisemblable qu’une bastide « raimondine » a vu le jour, puisque c’est le comte de Toulouse Raimond VII, qui en est son fondateur. Ainsi, les habitants de Montaigut quittèrent leur site primitif et allèrent s’installer dans la plaine pour peupler « La Yla », cette nouvelle bastide / ville nouvelle portuaire. Cette voie fluviale ainsi que les nouvelles routes praticables, assurèrent un développement économique de son commerce et de son artisanat. À ce développement, s’ajoutèrent les crises politiques, sociales et ecclésiastiques.

Du nom primitif donné à une langue de terre « La Yla », cette appellation change de nom vers le XIVe siècle et devient Isla, Illa, puis plus tard l’Isle d’Albi. Et à la Révolution de 1789, lors de la création des départements, le nom retenu est Lisle du Tarn. Puis à la fin du XIXe siècle par un arrêté préfectoral, Lisle-sur-Tarn.

Dans cette monographie, l’auteur développe l’ensemble des forts moments historiques que connait chaque localité.

Ouvrage de 325 pages (format 16,5 x 24 cm), au prix public de 15 €, année de sortie 1998. Imprimé par la mairie de Lisle-sur-Tarn (Maire Jean Béteille). Rajouter les frais de port éventuels.

Distribution unique :

Musée Raymond Lafage
Rue Victor Maziès
81310 Lisle-sur-Tarn.

Tél. : 05-63-40-45-45

Courriel : musee.lislesurtarn@wanadoo.fr

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.