»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
 » On meurt aussi au paradis  » Françoise Saint Chabaud
12 Mai 2018

On meurt aussi au paradis

Heimata Lespage, une femme à qui tout semble sourire et Tamatoa Walther, un détective déjanté qui accumule les galères, ne se connaissent pas. Rien ne les rapproche. Et pourtant, un simple cambriolage suivi de la disparition inexpliquée d’une jeune fille vont les réunir et les plonger dans une quête sans merci de la vérité.

A partir de ce moment là, les événements s’enchaînent, les certitudes n’existent plus et la réalité prend des allures de cauchemar. Avec pour cadre Tahiti et sa douceur indolente, une implacable machination se met progressivement en place. Prise au piège, Heimata devra résoudre cette terrible énigme : qui se cache derrière cette histoire et pourquoi lui en veut-on à ce point ?

Editions EDILIVRE (2016) ISBN : 978-2-334-16631-7  PRIX : 21,00 €

Version papier
En librairie sur commande
Directement à la librairie en ligne Edilivre, Fnac

Version numérique
Directement à la librairie en ligne Edilivre
Amazon, Fnac

Marie-Chantal GUILMIN. Biographie
25 Oct 2016
Marie Chantal Guilmin aux côtés de Serge Klarsfeld, après la remise de la médaille.

Marie Chantal Guilmin aux côtés de Serge Klarsfeld, après la remise de la médaille.

Marie-Chantal Guilmin, écrivain, journaliste, née dans le Tarn est attirée très tôt par le monde littéraire, elle reçoit un premier prix littéraire à 15 ans sur 600 concurrents. Elle devient journaliste professionnelle en 1994 et interviewe de nombreuses personnalités (politiques et du spectacle). Elle publie dans la presse « Les aventures de Fitou », contes imaginaires pendant 2 ans. Rédactrice en chef du plus petit quotidien de France « La Montagne Noire », elle sera à la base de la naissance de l’Hebdomadaire « Tarn-Infos ». Elle se donne complètement à l’écriture et publie en 2008 « Des femmes des vies des âmes », saga familiale, s’ensuit « Elsa Z » qui obtient la Médaille d’Honneur pour la Mémoire de la Shoah remise par l’Ambassadeur d’Israël en France et le célèbre chasseur de Nazis, Serge Klarsfeld, début 2013 « In extremis », parodie philosophique et fin 2013 « Mon année avec Pagnol », journal intime à l’académicien, salué par Jacqueline Pagnol et préfacé par Nicolas Pagnol. « L’Indomptable Camille de Malaret », véritable vie de la petite-fille modèle de la Comtesse de Ségur a paru aux Editions Hugues de Queyssac à la rentrée littéraire 2015.
Depuis 2013, un prix à son nom est attribué chaque année.
Depuis 2016, elle est l’ambassadrice nationale de l’Association 7 à lire.
Elle est très éclectique dans ses écrits, passant du roman à l’essai ou à la parodie.

Contact :
Site : http://www.mc-guilmin.com/

Pour voir l’article dans Luchon Mag, cliquez ici

Enregistrer

« Saltimbanques ». Roger MARTINI
10 Sep 2015
"Saltimbanques". Roger MARTINI

« Saltimbanques ». Roger MARTINI

Voici une très belle histoire de femmes en Quercy au cœur du Moyen-Âge. Archiella et sa fille… les baladins, le colporteur… un environnement sauvage et pourtant des paysages si pittoresques ; une nature accueillante ! Vie rurale, chevauchées fantastiques, une étrange énigme à résoudre ! Des faits et des rencontres insolites sous le soleil du Quercy et du Rouergue au creux des rochers, au sein des forêts, au fond des vallées.

2011 – ISBN :  978-2-35192-108-1  – Prix : 22€

Disponible aux  Editions de la Veytizou
La Veytizou, 87130 NEUVIC-ENTIER – Tél. : 05 55 69 71 24

 

« Victimes ou coupables ». Colette DELPON.
20 Août 2015
"Victimes ou coupables". Colette DELPON.

« Victimes ou coupables ». Colette DELPON.

Gabriel, sourire enjôleur, charismatique, séduisant, terriblement intelligent va croiser par hasard le chemin de trois femmes.

Trois victimes potentielles qu’il arrive à manipuler au gré de ses pulsions meurtrières.

Elles vont s’unir pour l’empêcher de nuire et tenter de l’arrêter dans ses délires dangereux.

Il arrive que des évènements nous entraînent à vivre des situations scabreuses, souvent incontrôlables qui nous font dériver…

Qui va sortir vainqueur de cette lutte impitoyable ?

Editions Edilivre –  ISBN : 978-2-332-92831-3 – Prix : 19.50 euros

Ouvrage disponible sur le site EDILIVRE et dans toutes les librairies : FNAC, Chapitre…

Jean COLADON. Biographie
6 Août 2015
Jean COLADON

Jean COLADON

Après des études à l’école des Arts Appliqués de Paris et une trentaine d’années passées en tant que graphiste publicitaire, Jean COLADON se tourne vers la peinture de chevalet. Il réorganise le salon du 19ème arrondissement de Paris, y crée une académie de dessin avec un sculpteur et graveur, devient sociétaire des artistes français en 1977.

La photo ayant détrônée le dessin, il abandonne la publicité et Paris pour s’installer dans le Tarn et Garonne où il se consacre à l’élaboration d’une œuvre très particulière.

Elle est caractérisée par une science très précise du dessin et vouée en majorité à la Femme. Elle y est représentée en majesté, mythologique et contemporaine, à la fois prude et impudique, symbolique et réaliste mais toujours dans sa splendeur.

Au travers d’elle il tente de rendre intelligible le jardin secret qui se cache en chacun de nous, et si l’ambiguïté y règne parfois, ce n’est que le reflet renvoyé par le miroir de la vie.

Il a exposé dans de nombreuses galeries françaises et belges, il est représenté aux États-Unis. Ses œuvres font l’objet d’un livre : « 20 ans de peinture » édité en 2000.

Il est également l’auteur d’un mur peint à Moissac en hommage à l’affichiste Firmin Bouisset et d’une sculpture consacrée au pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. En 2004, il fait paraître un album d’aquarelles, portrait de Moissac et de ses jours de fête (64 pages).

Contact :
3248, cote des Lièvres
82200 Moissac
Courriel : jean.coladon@orange.fr
Site : www.lesuniversdecoladon.fr

« On les appelait les Hirondelles ». Marie BAULNY CADILHAC
23 Fév 2015

"On les appelait les Hirondelles". Marie BAULNY CADILHAC

"On les appelait les Hirondelles". Marie BAULNY CADILHAC

On les appelait les Hirondelles….
Victoriana, Maria Antonia, Emilia, Felicia… étaient des jeunes Navarraises et Aragonaises qui, entre 1880 et 1930, ont quitté leur village pour venir travailler, en Pays basque, dans les fabriques de sandales. On les appelait les « Hirondelles », car comme ces oiseaux, elles revenaient en bande pour la saison.

La migration des Hirondelles
…Aux premiers jours de l’automne, après la récolte de pommes de terre, chaussées d’espadrilles, leurs affaires rangées dans de grands foulards, les jeunes Aragonaises et Navarraises, souvent mineures, abandonnent leur village … Elles se réunissent par bande à Isaba, village frontière de la vallée de Roncal (Espagne) De bon matin, … elles gravissent la montagne. Il y a des jours pleins de lumière où le chemin se dessine franchement et les jours brumeux où le sifflet de Juan, le berger secourable, les guide dans le brouillard. Bientôt, elles arrivent au col d’Ourdayté, aux portes de la France. Moments d’angoisse que la descente du col vers les gorges de Kakoueta. Malgré un pied sûr et une bonne connaissance de la montagne, une chute fatale est toujours possible. La saison augmente les risques du voyage… Au bout d’un chemin caillouteux et pentu, elles arrivent à Sainte Engrâce (Pyrénées-Atlantiques) où les attend, avec une charrette tirée par des chevaux, un parent ou un contremaître de l’usine, chargé de les conduire à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques)

Mauléon, capitale de l’espadrille
…Au terme du voyage, les Hirondelles sont accueillies par les émigrés déjà bien installés dans les quartiers de la Haute Ville de Mauléon. Elles occupent réduits, soupentes, combles et mansardes, partagent la même soupe, le même matelas. Des sentiments de solidarité se manifestent dans cette communauté espagnole nombreuse, logeant dans des appartements insalubres. L’arrivée massive des Hirondelles provoque un entassement général à Mauléon.
Chaque immeuble dispose d’un cabinet « à la turque » pour 18 à 19 personnes. La toilette se fait à l’eau claire de la fontaine…
La sobriété, la frugalité sont les règles de l’alimentation. Les repas sont composés de migas, quelque chose de solide qui cale l’estomac (oignon, piment rouge, ail et pain coupé en tranches, revenus dans le suif de mouton fondu dans une poêle)…
Cette population, dure à la peine, n’a pas recours au médecin Ce n’est qu’en cas de grave maladie, qu’on fait appel à lui. Le plus souvent, il ne se fait pas payer…

Conditions de travail

Les conditions de travail n’ont rien à envier à celles du logement et de l’hygiène. C’est un travail pénible au milieu de la poussière épaisse et du bruit des machines de l’usine. Les femmes sont affectées à des travaux les moins qualifiés, les moins rétribués…
Dans son témoignage, Victoriana évoque ses journées commencées à la filature, poursuivies au tressage dans une autre usine, complétées encore par quelques heures supplémentaires. Un court instant lui est accordé pour le casse-croûte de midi. Victoriana court, court…
La longueur des journées, la dureté du travail n’arrêtent pas les rires et les chansons. Les Hirondelles sont des êtres jeunes, au caractère gai. Le soir après l’usine, pour améliorer l’ordinaire, elles se réunissent à l’extérieur, chacune à son banc, pour faire ensemble « le bout et talon ».
L’étude de leurs conditions de vie, les rencontres, la découverte de leurs villages pittoresques et sauvages, m’ont engagée à leur suite dans la traversée de la montagne par les gorges de Kakoueta, cavités mystérieuses et féeriques, en attendant l’arrivée à Mauléon, ville en plein essor, véritable ruche où le travail dans les usines d’espadrilles assurait le pain quotidien.
Le chemin retrouvé, jalonné de stèles, parcouru, aimé, a été source d’inspiration et de réflexion.

Que ces lignes rendent hommage à ces femmes de courage !

Publication en 2013 – Prix : 10 €

Disponible chez l’auteur Marie BAULNY-CADILHAC

« Caroline de SAINT-CRICQ & Franz LISZT, un amour impossible ». Marie BAULNY-CADILHAC
22 Déc 2014

Caroline de SAINT-CRICQ & Franz LISZT, un amour impossible. Marie BAULNY

Caroline de SAINT-CRICQ & Franz LISZT, un amour impossible. Marie BAULNY-CADILHAC

Marie Baulny Cadilhac s’attache au destin d’une femme, Caroline de Saint-Cricq , soumise à la volonté d’un père qui lui impose un mariage contraire à tous ses rêves.
Prisonnière des contraintes de la bourgeoisie provinciale du XIXème siècle, Caroline restera fidèle à Franz Liszt, son grand amour, virtuose et fugure flamboyante du romantisme, à qui elle ne cessera jamais de lancer cet appel : « Ne vous lassez pas de mon souvenir ! »
Passionnée par l’histoire des lieux et des hommes, l’auteur a publié : « Quand les jeunes Navarraises et Aragonaises émigraient en Soule (1880-1930 ) dans Pyrénées, revue des Amis du Musée Pyrénéen de Lourdes.

Ed. Cercle Historique de l’Arrribère, 2011 – ISBN 978-2-918404-08-8 – Prix : 18€

Disponible chez l’auteur Marie BAULNY-CADILHAC

« L’accessoire conjugal » Gilles ROUX. Editions Majarogi
8 Oct 2014

"L'accessoire conjugal" Gilles ROUX.

"L'accessoire conjugal" Gilles ROUX.

Sur une Terre dans le futur, sur des planètes éloignées de la nôtre, dans des mondes où les dictatures règnent en maître, Gilles Roux nous décrit la vie des êtres qui continuent de vivre, souvent dans des milieux hostiles. Mais que ce soit pour des êtres humains, pour des êtres extra-terrestres où même pour des robots il s’agit surtout de décrire les relations entre les hommes et les femmes.

Asservissement, domination, rébellion, jalousie, exercice du pouvoir, luttes des faibles contre les forts sont les thèmes principaux des récits qui vous sont proposés. Mais, même lorsqu’il s’agit de robots, l’amour entre des êtres différents n’est jamais bien loin.

Illustration de couverture : François Genevrier

ISBN : 978-2-9529280-9-0 EAN : 9782952928090 . Prix : 12 euros

Vous pouvez -vous procurer cet ouvrage aux Editions Majarogi

« Ainsi soit-il … « . Christian EYCHLOMA
10 Juin 2014
Ainsi soit-il. Chistian EYCHLOMA

Ainsi soit-il. Chistian EYCHLOMA

« Ainsi soit-il… » est un roman d’anticipation où l’on voit les principaux protagonistes de l’histoire découvrir peu à peu la vraie nature de leur réalité. Qui, pour aussi dérangeant que cela puisse paraître, pourrait bien en fin de compte être notre réalité.

L’aventure commence dans un établissement pénitentiaire, sur Héphaïstos, une planète à peine habitable où ont été déportés des opposants politiques ainsi que quelques « droits communs ». Profitant de circonstances tout à fait particulières, les prisonniers réussissent à tromper la vigilance de leurs gardiens pour prendre le contrôle du bagne.
Ils découvrent alors un certain nombre de choses dont ils ignoraient totalement l’existence, comme la présence d’un autre camp réservé aux femmes, avec des gardiens sadiques qu’ils devront neutraliser, et des médecins menant de cruelles expériences sur une espèce non humaine apparemment endémique de cette planète.
Après bien des péripéties, ils réussissent à quitter ce monde hostile à bord d’un vaisseau militaire abandonné depuis des années en orbite. Pour être presque aussitôt pris en chasse par un autre vaisseau envoyé à leur poursuite par Atlantis, la planète qui dirige d’une main de fer la Fédération.
Echappant à leurs poursuivants grâce à l’intervention miraculeuse de ces entités extraterrestres qui sont bien loin d’être ce que tout le monde pensait, ils arrivent enfin sur Atlantis. Où cinq siècles se sont écoulés depuis leur départ, à l’issue d’un voyage qui, en raison de la dilatation temporelle liée aux très grandes vitesses, n’a duré pour eux que vingt-quatre ans, passés en hibernation.
Et sur Atlantis, il ne reste rien de ce qu’ils avaient connu. Absolument rien.

ISBN : 978-2-87459-787-9 – Prix en librairie : 29,90 € (- 5% dans la plupart des librairies en ligne) – Prix sur le site de l’éditeur : 20,90 €

ISBN : 978-2-95435-443-9 – Prix en version numérique : 8,49 € (dans toutes les librairies en ligne  http://librairie.immateriel.fr/ par exemple)

Ouvrage disponible sur le site de l’éditeur sans frais de port à http://www.editionschloedeslys.be/

« Le féminin pluriel dans l’intégration ». Laura MOUZAÏA. Editions L’Harmattan
19 Sep 2013

Laura MOUZAÏA

Laura MOUZAÏA

Les immigrés sont arrivés d’Algérie avec un objectif : se constituer une épargne et assurer le retour. Mais le cours de l’histoire en a souvent décidé autrement. Après la guerre d’indépendance, lorsque les hommes ont fait suivre leur femme, une évolution sociale s’est amorcée. Les femmes sont devenues des femmes de transition, des femmes modernes.

Laura Mouzaïa consacre son ouvrage à l’étude de trois générations de femmes kabyles, qui s’échelonnent sur l’ensemble du XXème siècle. Pour comprendre leurs itinéraires à travers l’émigration, elle commence par nous rappeler les caractéristiques de la société kabyle traditionnelle, avec la place prépondérante des hommes et l’ensemble des coutumes qui fixaient les femmes au foyer.
Au contact de la société française, à travers l’école et la vie professionnelle, les femmes ont acquis progressivement leur émancipation, et ce, même si les défaillances de la République ou les blocages de la société civile n’ont pas toujours facilité les choses. Aujourd’hui, elles font partie de la France plurielle. Les récits et les témoignages nombreux qu’en donne ce livre, le rappellent avec force.

Ed. Karthala ISBN : 2-84586-765-A –  Prix 22 : Euros

Ouvrage disponible en librairie.

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.