»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
Nathalie LOPEZ, correspondante « 7 à lire »
9 Sep 2017

Nathalie LOPEZ

Nathalie LOPEZ

Lectrice-correspondante 7 à lire (bénévole)

Nathalie Lopez est habilitée à prendre des photos et faire des interviews d’auteurs dans les salons et autres pour l’association Autriche et Pays d’Oc/7 à lire. Lectrice acharnée, elle est passionnée par la littérature et par le monde des écrivains.

Robert Linas, président
Marie-Chantal Guilmin, ambassadrice nationale

Marie-Chantal GUILMIN. Biographie
25 Oct 2016
Marie Chantal Guilmin aux côtés de Serge Klarsfeld, après la remise de la médaille.

Marie Chantal Guilmin aux côtés de Serge Klarsfeld, après la remise de la médaille.

Marie-Chantal Guilmin, écrivain, journaliste, née dans le Tarn est attirée très tôt par le monde littéraire, elle reçoit un premier prix littéraire à 15 ans sur 600 concurrents. Elle devient journaliste professionnelle en 1994 et interviewe de nombreuses personnalités (politiques et du spectacle). Elle publie dans la presse « Les aventures de Fitou », contes imaginaires pendant 2 ans. Rédactrice en chef du plus petit quotidien de France « La Montagne Noire », elle sera à la base de la naissance de l’Hebdomadaire « Tarn-Infos ». Elle se donne complètement à l’écriture et publie en 2008 « Des femmes des vies des âmes », saga familiale, s’ensuit « Elsa Z » qui obtient la Médaille d’Honneur pour la Mémoire de la Shoah remise par l’Ambassadeur d’Israël en France et le célèbre chasseur de Nazis, Serge Klarsfeld, début 2013 « In extremis », parodie philosophique et fin 2013 « Mon année avec Pagnol », journal intime à l’académicien, salué par Jacqueline Pagnol et préfacé par Nicolas Pagnol. « L’Indomptable Camille de Malaret », véritable vie de la petite-fille modèle de la Comtesse de Ségur a paru aux Editions Hugues de Queyssac à la rentrée littéraire 2015.
Depuis 2013, un prix à son nom est attribué chaque année.
Depuis 2016, elle est l’ambassadrice nationale de l’Association 7 à lire.
Elle est très éclectique dans ses écrits, passant du roman à l’essai ou à la parodie.

Contact :
Site : http://www.mc-guilmin.com/

Pour voir l’article dans Luchon Mag, cliquez ici

Enregistrer

La Belugueta de TG’OC vous informe : Apprendre l’occitan sur les bords du Danube, c’est possible !
7 Sep 2016

Pourquoi et comment un jeune autrichien de 25 ans, professeur de Français à Vienne, s’est-il interessé à la culture Occitane ? Réponses dans ce long entretien qu’il a accordé à LUCHON MAG lors de son récent passage à Luchon et dans le Val d’Aran.

Découverte de la présence officielle de l'Occitan en Val d'Aran (Photo NVF)

Découverte de la présence officielle de l’Occitan en Val d’Aran (Photo NVF)

Apprendre l’Occitan sur les bords du Danube, c’est possible… comme dans de nombreux autres pays du monde d’ailleurs. Au Japon, à la demande d’un éditeur japonais, Naoko Sano, la prof d’occitan de l’université de Nagoya, a même créé un dictionnaire japonais–occitan.

A LUCHON MAG nous avons la chance d’avoir un collaborateur ponctuel autrichien… et « occitanophone » que notre autre collaboratrice, Nadyne, accueille pour faciliter son perfectionnement en Occitan et sa découverte de l’Occitanie ».

A l’occasion du nouveau passage d’Alexander Sigmund dans notre cité thermale, nous avons eu envie de mieux le connaître et surtout de savoir pourquoi et comment la culture occitane peut intéresser un jeune Viennois, à peine âgé de 25 ans.

S’il considère le français comme sa deuxième langue maternelle, on notera, au cours de cette interview, que les mots occitans lui viennent très spontanément pour traduire sa pensée…

VOIR L’INTERVIEW

Nadyne Vern-Frouillou pour Luchon Mag – Septembre 2016

« Le Temps Pour Le Dire » sur Radio d’Oc
24 Fév 2015

Plusieurs interviews d’auteurs (présent sur les salons) ont déjà été diffusés sur les ondes de plusieurs radios et mis en ligne sur le site de radio d’Oc.

Retrouvez les interviews d’Emilie Kah, Héléna Brunez, Alain Péscheux, Germinal le Dantec, Nicolas Bouvier sur http://www.radiodoc.org/emissions/ltpld-objectif-partage.html

Rencontre avec Claude Rannou, un romancier passionné.
23 Fév 2015

Rencontre avec Claude Rannou  le Dimanche 1er mars 2015 au Salon de Nègrepelisse (82).

Claude Rannou

Claude Rannou

– Claude Rannou, quels genres de livres écrivez-vous?J’ai une prédilection pour les livres qui s’inscrivent dans une période historique précise. Cela me permet d’immerger le lecteur dans une histoire qui n’est pas seulement de la fiction.

– C’est là que vous trouvez l’inspiration?

Le mot inspiration est trop galvaudé. On pense qu’il suffit d’avoir de l’inspiration pour faire de grandes choses. En fait, il faudrait plutôt parler de recherche et d’imagination.

– Alors comment travaillez-vous?

Je choisis une époque et un lieu. J’essaie de trouver dans les archives des personnes ayant existé à cette époque. Ce ne sont que des noms mais je remplis ces enveloppes vides de mes personnages et je les laisse ensuite vivre leurs propres expériences. Je ne sais jamais à l’avance ce qu’ils vont faire, même si je tente de les influencer.

– Vous allez présenter votre dernier ouvrage au salon de Négrepelisse ce 1 mars?

Oui, c’est le dernier volet d’une saga qui se déroule au 13ième siècle. Il fait près de 500 pages mais il se lit facilement, d’après mes premiers lecteurs. Il s’appelle « La fontaine des Aubets » et beaucoup de faits réels y ont été repris. C’est mon 6ième roman.

– Merci Claude Rannou et nous vous souhaitons un bon salon de Négrepelisse.

Contact : Salon de Nègrepelisse
Courriel : journalrobert@wanadoo.fr
Tél. : 06 71 00 29 25

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.