»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
 » L’envol du funambule  » Jean-Pierre MEYER
3 Déc 2018

L’envol du funambule

Aydius est un petit village de montagne blotti à flanc d’un cul-de-sac… le “trou du cul du monde” comme l’appellent les parents Duroy qui ont loué un appartement de vacances dans la maison de Jean, un vieux guide solitaire, renfrogné, mystérieux…

Romain, leur fils, victime collatérale de leurs vives turbulences et de leur échec d’amour, est un gamin taciturne.

L’enfant et le vieillard, sans s’être jamais vus, se reconnaissent pourtant immédiatement. Le vieux guide va peu à peu délivrer à l’enfant les plus beaux de ses secrets et lui transmettre de touchants messages de vie, d’espérance, d’amour, de tendresse aussi.

L’enfant et le vieil homme ne seraient-ils pas liés malgré eux par un pacte énigmatique ?

Ce livre, proche du conte philosophique, est une merveilleuse leçon de vie…

Une ode à l’amour, une quête de l’essentiel…

Il est disponible notamment auprès de l’auteur : Jean-Pierre Meyer, 707 route de Faget 47240 Bon-Encontre contre un chèque de 18 euros (Prix du livre + 3 euros de participation aux frais d’envoi). Merci de préciser les prénoms pour dédicace.

ROMAN – Omarnaka Editions

Prix : 15 euros

ISBN N°978-2-9550079-5-2

Pour télécharger un bon de commande, cliquez: Bon de commande L’envol du funambule

« Le dernier Ours des Albères ». Roger MARTINI
10 Sep 2015
"Le dernier Ours des Albères".  Roger MARTINI

« Le dernier Ours des Albères ». Roger MARTINI

Qui pouvait en vouloir au « pendu couché » ? Quel était donc cet étrange bonhomme ? Dans les années 70, ce coin des Pyrénées-Orientales aux effluves prenants de garrigue vit encore au rythme du passé. Un paisible village catalan va être secoué par un crime mystérieux. On arrête un présumé coupable ; on le relâche. À l’ombre des chênes lièges et des micocouliers, magistrats, gendarmes, policiers et garde-champêtre se répartissent la recherche de la vérité. Un polar aux parfums contrastés de terroir.

2007- ISBN : 978-2-35192-025-2 – Prix : 18€ – En voie d’épuisement 

 Disponible aux  Editions de la Veytizou
La Veytizou, 87130 NEUVIC-ENTIER – Tél. : 05 55 69 71 24

« On les appelait les Hirondelles ». Marie BAULNY CADILHAC
23 Fév 2015

"On les appelait les Hirondelles". Marie BAULNY CADILHAC

"On les appelait les Hirondelles". Marie BAULNY CADILHAC

On les appelait les Hirondelles….
Victoriana, Maria Antonia, Emilia, Felicia… étaient des jeunes Navarraises et Aragonaises qui, entre 1880 et 1930, ont quitté leur village pour venir travailler, en Pays basque, dans les fabriques de sandales. On les appelait les « Hirondelles », car comme ces oiseaux, elles revenaient en bande pour la saison.

La migration des Hirondelles
…Aux premiers jours de l’automne, après la récolte de pommes de terre, chaussées d’espadrilles, leurs affaires rangées dans de grands foulards, les jeunes Aragonaises et Navarraises, souvent mineures, abandonnent leur village … Elles se réunissent par bande à Isaba, village frontière de la vallée de Roncal (Espagne) De bon matin, … elles gravissent la montagne. Il y a des jours pleins de lumière où le chemin se dessine franchement et les jours brumeux où le sifflet de Juan, le berger secourable, les guide dans le brouillard. Bientôt, elles arrivent au col d’Ourdayté, aux portes de la France. Moments d’angoisse que la descente du col vers les gorges de Kakoueta. Malgré un pied sûr et une bonne connaissance de la montagne, une chute fatale est toujours possible. La saison augmente les risques du voyage… Au bout d’un chemin caillouteux et pentu, elles arrivent à Sainte Engrâce (Pyrénées-Atlantiques) où les attend, avec une charrette tirée par des chevaux, un parent ou un contremaître de l’usine, chargé de les conduire à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques)

Mauléon, capitale de l’espadrille
…Au terme du voyage, les Hirondelles sont accueillies par les émigrés déjà bien installés dans les quartiers de la Haute Ville de Mauléon. Elles occupent réduits, soupentes, combles et mansardes, partagent la même soupe, le même matelas. Des sentiments de solidarité se manifestent dans cette communauté espagnole nombreuse, logeant dans des appartements insalubres. L’arrivée massive des Hirondelles provoque un entassement général à Mauléon.
Chaque immeuble dispose d’un cabinet « à la turque » pour 18 à 19 personnes. La toilette se fait à l’eau claire de la fontaine…
La sobriété, la frugalité sont les règles de l’alimentation. Les repas sont composés de migas, quelque chose de solide qui cale l’estomac (oignon, piment rouge, ail et pain coupé en tranches, revenus dans le suif de mouton fondu dans une poêle)…
Cette population, dure à la peine, n’a pas recours au médecin Ce n’est qu’en cas de grave maladie, qu’on fait appel à lui. Le plus souvent, il ne se fait pas payer…

Conditions de travail

Les conditions de travail n’ont rien à envier à celles du logement et de l’hygiène. C’est un travail pénible au milieu de la poussière épaisse et du bruit des machines de l’usine. Les femmes sont affectées à des travaux les moins qualifiés, les moins rétribués…
Dans son témoignage, Victoriana évoque ses journées commencées à la filature, poursuivies au tressage dans une autre usine, complétées encore par quelques heures supplémentaires. Un court instant lui est accordé pour le casse-croûte de midi. Victoriana court, court…
La longueur des journées, la dureté du travail n’arrêtent pas les rires et les chansons. Les Hirondelles sont des êtres jeunes, au caractère gai. Le soir après l’usine, pour améliorer l’ordinaire, elles se réunissent à l’extérieur, chacune à son banc, pour faire ensemble « le bout et talon ».
L’étude de leurs conditions de vie, les rencontres, la découverte de leurs villages pittoresques et sauvages, m’ont engagée à leur suite dans la traversée de la montagne par les gorges de Kakoueta, cavités mystérieuses et féeriques, en attendant l’arrivée à Mauléon, ville en plein essor, véritable ruche où le travail dans les usines d’espadrilles assurait le pain quotidien.
Le chemin retrouvé, jalonné de stèles, parcouru, aimé, a été source d’inspiration et de réflexion.

Que ces lignes rendent hommage à ces femmes de courage !

Publication en 2013 – Prix : 10 €

Disponible chez l’auteur Marie BAULNY-CADILHAC

« Fenêtre sur Lot ». Emilie KAH
23 Avr 2014

Fenêtre sur Lot. Emilie KAH

Fenêtre sur Lot. Emilie KAH

Dans un village au bord du Lot, un médecin rachète une vieille maison sur le quai et entreprend de la rénover.
Une nuit, une jeune femme y est découverte, pendue. Le dossier est classé, mais le commissaire Ange Giuliani veut en savoir davantage sur ce suicide énigmatique.
Ce n’est pas la première fois que la Maison de Martin est le théâtre d’un drame. Au fur et à mesure que l’enquête est menée, les siècles se superposent, comme si, dans ces murs de pierre imperturbables, l’histoire des hommes, des femmes, résonnait, se faisant écho, dans un concert de voix assourdies.

Pleine page éditeur 2009 – ISBN 978-2-9134-0694-0 – Prix : 14 euros

Où se procurer le livre :
– sur le site marchand des éditons du Bord du Lot (Pleine page éditeur n’existe plus)
– à l’occasion des salons littéraires auxquels je participe
– en me le demandant directement par mail emilkah49@gmail.com

« La Fontaine des Aubets » . Roman de Claude RANNOU.
22 Avr 2014

La Fontaine des Aubets.  Claude RANNOU

La Fontaine des Aubets. Claude RANNOU

« La Fontaine des Aubets » est le dernier ouvrage de la trilogie consacrée à cette période particulière qu’a représenté le milieu du 13ième siècle pour notre région.
Dans un mélange de données historiques et de romanesque, l’histoire se passe dans la commanderie hospitalière du Burgaud.
On y suit les tribulations d’une guérisseuse sur une trame documentée de la vie d’un village à cette époque. Les noms des lieux et des personnages sont réels.
Cette saga régionale a été reconnue par la critique sur différentes publications comme « Historia » et « Pyrénées magazine ».

Editions Carbonnier Quillateau – 485 pages

« Le village » raconté en plus de 1000 vers par Pierrette Champon Chirac
10 Jan 2011

Pierrette Champon Chirac

Pierrette Champon Chirac

Un vieux village expire au bord de la rivière

Qui, parmi les cailloux s’égrène en chapelet.

De son ruban d’argent, elle l’entourait, fière,

Mais étire son cours en un flot maigrelet.

Les oiseaux intrigués, que la paix déconcerte,

Vont s’abreuver sans peur sur la rive déserte

Qui débordait de monde et de vie autrefois.

Depuis longtemps déjà sévit la sécheresse,

Le ruisselet à sec, muet, dans la détresse,

Ne fait plus entendre sa voix.

Pierrette Champon Chirac

Prix: 10€ port compris.

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.