Ciné Monclar en Janvier 2012

A vos agendas ! Voilà le programme de Ciné Monclar pour le mois de Janvier 2012 !

Les neiges du   Kilimandjaro
Les neiges du Kilimandjaro
  • Les neiges du Kilimandjaro

Mardi 3 à 21h

Robert Guédiguian
Avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan
Durée : 1h47

Bien qu’ayant perdu son travail, Michel vit heureux avec Marie-Claire. Ces deux-là s’aiment depuis trente ans. Leurs enfants et leurs petits-enfants les comblent. Ils ont des amis très proches. Ils sont fiers de leurs combats syndicaux et politiques. Leurs consciences sont aussi transparentes que leurs regards. Ce bonheur va voler en éclats avec leur porte-fenêtre devant deux jeunes hommes armés et masqués qui les frappent, les attachent, leur arrachent leurs alliances, et s’enfuient avec leurs cartes de crédit… Leur désarroi sera d’autant plus violent lorsqu’ils apprennent que cette brutale agression a été organisée par l’un des jeunes ouvriers licenciés avec Michel.

Le Nouvel Observateur : Ce film est une des réussites majeures de Robert Guédiguian, qui va droit au but et touche à l’os, incisif, mordant, fouillant les plaies qu’il a lui-même ouvertes.

La ruée vers l’or
La ruée vers l’or
  • La ruée vers l’or

Dimanche 8 à 16h

Film de et avec Charles Chaplin
Durée : 1H22 mn

Charlot est chercheur d’or au Klondyke en 1898. Pris dans une tempête de neige, il échoue dans la cabane du bandit Black
LARSEN et est sauvé de justesse par l’arrivée de Jim McKAY, un autre chercheur d’or. Quelque temps après, les deux amis se séparent. Jim possède une très grosse mine, convoitée par Black LARSEN. Au cours d’une bagarre, il est assommé par ce dernier et perd la mémoire…

The Artist
The Artist
  • The Artist

Mardi 10 à 21h

Réalisé par Michel Hazanavicius
Avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, John Goodman
Durée : 1h40

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L’arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l’oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l’histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l’orgueil et l’argent peuvent être autant d’obstacles à leur histoire d’amour.

The Artist a d’abord été annoncé comme faisant partie de la sélection Hors Compétition au Festival de Cannes 2011, avant de rejoindre la compétition deux jours seulement avant l’inauguration, et une semaine à peine après avoir été achevé. Acclamé par les critiques, il a été couronné d’un Prix d’Interprétation masculine pour Jean Dujardin, qui foulait pour la première fois le tapis rouge de la Croisette. Ce dernier a conclu son discours avec humour : « Maintenant je vais me taire… car ça me réussi pas mal ! » A noter que le président du jury, Robert De Niro, a déclaré qu’il aurait souhaité donner au film la Palme d’or, mais qu’il n’a pas pu en raison de l’interdiction des doubles prix.

Marianne : Improbable et inoubliable. (…) Il faut remercier « The Artist » de faire exister, dans notre monde saturé de bruit, un silence d’une qualité extraordinaire.

Il était une fois en Anatolie
Il était une fois en Anatolie
  • Il était une fois en Anatolie

Mardi 17 à 21h

Réalisé par Nuri Bilge Ceylan
Avec Muhammed Uzuner, Yılmaz Erdoğan, Taner Birsel
Durée : 2h37
Grand Prix à Cannes 2011

Au cœur des steppes d’Anatolie, un meurtrier tente de guider une équipe de policiers vers l’endroit où il a enterré le corps de sa victime. Au cours de ce périple, une série d’indices sur ce qui s’est vraiment passé fait progressivement surface.

Libération : Grand prix à Cannes, le cinéaste turc (Nuri Bilge Ceylan) métamorphose un fait divers horrible en somptueuse errance.

Hollywoo
Hollywoo
  • Hollywoo

Mardi 24 à 21h

Réalisé par Frédéric Berthe, Pascal Serieis
Avec Florence Foresti, Jamel Debbouze, Nikki Deloach
Durée : 1h47

Jeanne est la doubleuse française d’une actrice américaine qui joue dans une série télé à succès. Mais le jour où l’actrice américaine pète les plombs et annonce la fin de sa carrière, la vie de Jeanne bascule à son tour… Plus de travail, plus de revenu, plus rien… A moins que… A moins qu’elle ne prenne son destin en mains et ne tente a priori l’impossible : partir à Los Angeles, rencontrer la star américaine et la convaincre de reprendre la direction des plateaux de tournage… Sur place, après quelques galères, elle croise la route d’un certain Farres qui va lui ouvrir les portes du monde merveilleux mais un peu compliqué de Hollywood.

Le Figaroscope : Gags en série, quiproquos et clins d’oeil glamour, Foresti a une vraie nature comique pour faire décoller cette gentille comédie. Juste pour rire.

Hugo Cabret
Hugo Cabret
  • Hugo Cabret

Dimanche 29 à 21h

Réalisé par Martin Scorsese
Durée : 2h08
Avec Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen, Asa Butterfield

Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé – en forme de cœur – qui pourrait le faire fonctionner. En rencontrant Isabelle, il a peut-être trouvé la clé, mais ce n’est que le début de l’aventure…

Le Monde : « Hugo Cabret » est le plus beau conte de Noël qui ait été donné à voir depuis « La vie est belle » (1946), de Frank Capra.

La délicatesse
La délicatesse
  • La délicatesse

Mardi 31 à 21h

Réalisé par David Foenkinos, Stéphane Foenkinos
Durée : 1h48
Avec Audrey Tautou, François Damiens, Bruno Todeschini

Nathalie a tout pour être heureuse. Elle est jeune, belle, et file le parfait amour. La mort accidentelle de son mari va couper son élan. Pendant des années, elle va s’investir dans son travail, se sentir en parenthèse de sa vie sensuelle. Mais subitement, sans qu’elle comprenne vraiment pourquoi, elle embrasse un de ses collègues. Markus, un homme très atypique. S’ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable qui va susciter interrogation et agressivité au sein de l’entreprise. Choisit-on vraiment par quel moyen on renaît à la vie ? Nathalie et Markus vont finir par fuir pour vivre leur histoire et leur émerveillement à l’abri de tout. Cette histoire de renaissance est aussi celle de l’étrangeté amoureuse.

La Délicatesse, réalisé par David Foenkinos, est adapté de son roman homonyme, lauréat de dix prix littéraires et vendu à plus de 700 000 exemplaires.

Communiqué des Amis du Cinéma

Be Sociable, Share!
  • Facebook
  • email
  • Google Reader

Une réflexion au sujet de « Ciné Monclar en Janvier 2012 »

  1. Changement de programme pour le mois de janvier :

    Mardi 31 janvier à 21h au lieu du film « La délicatesse » ce sera « les adoptés » film de Mélanie Laurent.

    Communiqué de Séverine ROBERT
    Office de Tourisme de Monclar
    Quercy vert et Pays Monclarais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Champ anti robots

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.