»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Glanes canalaises » Michel VAYSSIERES
7 Déc 2011

Michel Vayssières

Michel Vayssières

Un livre sur les expressions et les proverbes en occitan et en français recueillies par Michel Vayssières.

Afin de sauvegarder les richesses de ce patrimoine linguistique local que l’on appelait « patois », Michel Vayssières a collecté les proverbes, expressions histoires et chants auprès des habitants âgés de Canals. Ce livre de 88 pages a été publié par l’association Loisirs et Culture de Canals. Un livre savoureux qui vous plongera dans les racines du terroir.

Disponible auprès de l’auteur (12 euros) où par correspondance: Michel Vayssières, 200 chemin de La Lande, 82170 Canals. (14, 15€). Chèque au nom de l’ALEC.

« La Bise et l’Autan » Bernard Vavassori
20 Oct 2010

Bernard Vavassori

Bernard Vavassori

Après Avé plaisir puis A Bisto de nas, dictionnaires des mots et expressions du français parlé dans le Sud-Ouest, Bernard Vavassori a voulu compléter sa moisson de phrases sonores et expressives qui agrémentent le parler méridional par ce dictionnaire où, locutions, proverbes et dictons occitans sont traduits en français afin que quiconque ne connaissant pas la langue du Sud de la France puisse tout de même en apprécier la saveur, et que ceux nombreux qui savent la lire puissent y retrouver la phrase originale.

Parmi les centaines de proverbes, dictons et autres locutions occitanes que nous avons rencontrés pour réaliser cet ouvrage, nous en avons conservé quelque trois-mille. Les plus pittoresques, les plus poétiques, les plus vrais.

La plupart émanent du milieu rural, fleuris des images des êtres, des choses et des phénomènes mystérieux qui étaient son quotidien. Toujours pleins de bons sens, quelquefois pessimistes, très souvent misogynes, parfois naïfs. Chaque fois émouvants car étant le legs degens humbles et travailleurs, tels que l’étaient nos parents et nos grands-parents pour qui le monde était rude, parfois impitoyable, souvent arbitraire.

Notre parti pris a été de classer ces expressions par mots-repères et non par thèmes. Ils ne sont pas non plus séparés par dialecte (gascon, languedocien ou provençal). Ainsi pourra-t-on trouver une phrase gasconne suivie d’une locution languedocienne, elle-même suivie d’un proverbe provençal. Ce qui pourra surprendre d’ailleurs, d’autant que le choix de la graphie diffèrera suivant la région. L’effet immédiat d’un tel classement est de faire apparaître malgré la diversité des écritures, l’unité de sens et l’homogénéité de la langue du Midi. D’Ouest en Est.

Le lecteur pourra également être surpris que la priorité soit donnée ici à la phrase française plutôt qu’à la phrase occitane, puisque c’est celle-là qui apparaît en premier dans les pages de ce dictionnaire. Le but ici est en réalité de célébrer, non pas la beauté de la phrase française, mais bel et bien celle de la phrase occitane. En effet, comment apprécier celle-ci, si le lecteur ne la comprend pas parfaitement ou même pas du tout ? Comment un lecteur de la France d’Oïl pourra-t-il percevoir la saveur de notre langue méridionale si au lieu de la lui traduire exactement nous lui donnons les équivalents extraits de sa propre langue ?

Notre objectif a donc été de donner à tout prix le sens littéral de la phrase.

Prenons quelques exemples :

Crompar a fuoc d’argent qui a pour équivalent français Acheter à prix d’or n’a pas été rendu comme tel mais justement par la traduction littérale, à savoir : Acheter à feu d’argent.

Voler èsser a l’autar e a las campanas qui sera rendu en français par Courir deux lièvres à la fois sera traduit par Vouloir être à l’autel et aux cloches, comme le dit mot pour mot le proverbe occitan.

Ainsi le lecteur pourra-t-il apprécier à sa juste valeur les métaphores dans chacune des deux langues.

Par ailleurs certaines appellations ou formulations populaires sont très peu connues aujourd’hui, même dans le Midi, car seule une minorité de gens comprennent ou parlent couramment l’occitan. N’est-il pas savoureux d’apprendre, grâce à la traduction, que dormir à la belle étoile se dit en occitan : dormir à la rosée du soir ou bien dormir au vent léger (dormir a la serena) ? Que la citronnelle devient l’herbe aux abeilles (l’èrba d’abelha) ? Que l’horizon se dit pied de ciel (pe de cèu) ? Que faire la tête devient faire une tête de sabot (far un morre d’esclòp) ? Qu’attraper un coup de soleil se dit attraper un coup de lune (agafar un cop de luna). Qu’un déjeuner de soleil ce sont des plantes qui fleurissent peu de temps (un dejunar de solelh), Qu’être vieux comme Mathusalem se dit avoir cent ans de dimanches. etc. ?

Imaginons modestement que ces images ignorées de tous les amoureux de beaux textes français se mettent bientôt à en orner et en agrémenter les discours, et que les dictionnaires signalent telle ou telle expression française, dorénavant couramment usitée, comme originaire de l’occitan – et pas seulement du « provençal » comme certains ouvrages avaient la fâcheuse habitude de mentionner à tort – on pourrait alors trouver par exemple dans le Petit Larousse 2029 :

Puce. n.f. (lat. pulex,-icis). Insecte pouvant atteindre 4mm (…) Fam. Il est l’heure d’aller faire téter les puces : il est l’heure d’aller se coucher (Origine occ. : Es ora d’anar far tetar las piuses). Avoir de l’argent comme un chien des puces : être très riche, être plein aux as (Origine occ. : Aver d’argent coma un can de piuses).

On peut bien rêver…

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.