»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« L’ombre de Rochenrives » de Pierrick HOUBART
30 Août 2020

L’ombre de Rochenrives

A Rochenrives (Cahors)sous le règne de Louis XIII, le Diable ourdit sa vengeance depuis que jadis son aide fut requise pour l’édification d’un pont et qu’il fut trompé au moment de recevoir son dû. Le Pont du Diable (de Valentré de nos jourspuise son nom de cette duperieL’Église a fondé l’Ordre du Veilleur, une organisation secrète qui recrute et forme une élite pour protéger la ville et renforcer l’influence religieuse dans les jeux de pouvoirs qui se trament en ville. Ange Delplate, un orphelin des bas quartiers, est repéré dès son plus jeune âge pour ses dons de dissimulation. L’enfant commencera alors un entraînement dans le but de devenir une ombre, une sorte de maître espion capable de s’introduire n’importe où et de disparaître en un instant. Avec le temps, les péripéties amoureuses, tragiques et pécuniaires vont mener Ange au cœur du plus terrible des complots.

L’ombre de Rochenrives, sorti aux éditions du Bordulot le 28 août 2020.

BORDERIES Jean Marie Biographie bibliographie
30 Août 2020

Jean Marie BORDERIES

Originaire de Castelferrus (82), Jean Marie BORDERIES a grandi dans la campagne rabastinoise (81). Après de brèves études supérieures en lettres classiques, il a fait sa carrière dans le secteur bancaire dans le Tarn puis à Paris. Il réside en région parisienne depuis plus de 30 ans mais reste attaché à ses racines occitanes.
Jean Marie BORDERIES, est auteur de plusieurs ouvrages biographiques relatant les parcours originaux de personnages exceptionnels qui ont marqué sa jeunesse. Il a notamment publié « Un siècle de Combats », consacré au Général RAYNAL, son mentor en politique, « Un Siècle de laïcité … chrétienne » consacré à l’Abbé GALY, son guide spirituel et une autobiographie pleine d’amour et de tendresse, « Les Couleurs de l’eau » consacré à sa mère. Il vient de publier son dernier ouvrage consacré aux « Evadés de la côte sous le vent », un ouvrage historique qui rappelle la 2ème guerre mondiale dans les Antilles.

 

Bibliographie :

 

  • Un Siècle de Combats,
    Georges Raynal dit « Colonel Rabastens »
    Editions Ophildespages -2017 –
  • Un Siècle de laïcité … chrétienne,
    Du petit Père Combes … à l’Abbé Galy, curé citoyen
    JDH Editions -Juin 2018-
  • Les couleurs de l’eau,
    Le mystère d’un petit point bleusur mon épaule gauche
    JDH Editions -Avril 2019-
  • Oser, Croire, Servir
    Un demi-siècle de bénévolat …. Politique
    Autres Talents – Décembre 2019
  • Victorine et les évadés de la côte sous le vent,
    « An tan Wobè »
    Lys Bleu Éditions – Août 2020
Gérard VEYRIES – Biographie Bibliographie
11 Juin 2020
Gérard Veyriès

Gérard Veyriès

Gérard Veyriès est natif de la bastide du XIIIe siècle de Lisle-sur-Tarn, qui se trouve sur l’axe géographique Albi-Toulouse, plus précisément entre Gaillac et Rabastens… Dans son activité professionnelle, il a été employé à la Délégation générale de l’armement en qualité de technicien de laboratoire en mesures physiques.

Issu d’une ancienne famille de « bâtisseurs », l’auteur est passionné de généalogie, d’histoire, notamment d’histoire locale et régionale. Ce passe temps favori agrémente sa retraite et lui permet de retrouver ses racines occitanes.

Le but de ses écrits est tout simplement de « nourrir » les jeunes générations, d’être au service des étudiants et de ses fidèles lecteurs. Puisque ne rien savoir de ce qui s’est passé avant notre génération, fait de nous des enfants irresponsables ! Aussi mettons-nous en mémoire l’adage suivant : « Apprends du passé, ainsi le présent te deviendra sensible et tu sauras ce que l’avenir exige de toi. »

Et si l’auteur n’a pas l’autorité d’un historien reconnue, il justifie ses écrits, en empruntant modestement ceux du musicien compositeur Claude Debussy : « Je ne révolutionne rien, je ne démolis rien. Je [passe] tranquillement mon chemin, sans faire la moindre propagande pour mes [écrits], ce qui est le propre [de l’homme sage]. Je suis [seulement] pour la liberté. »

La connaissance historique prend naissance dans sa volonté de chercheur ; elle est le fruit d’une passion, celle de la vérité appliquée au passé. Aussi, l’auteur n’est qu’un érudit « solitaire », qui cueille le fruit des interrogations nées de ses recherches. Et, au-delà de la rigueur nécessaire au progrès de la connaissance, il est animé par le désir de faire partager tout simplement ses découvertes à ses lecteurs.

Activités de l’auteur :

L’auteur est membre du « Collectif International de Recherche sur le Catharisme Et les Dissidences » (CIRCAED).

bastidealbigeoise_veyriesContact :

Courriel : gerard.veyries@wanadoo.fr

Site : http://lislesurtarn.free.fr

Autres liens :
http://www.griffon-dargent.com

www.auteursdoccitanie.com

http://www.lislesurtarn.info

http://www.tarninfo.com

http://www.lesguidesdutarn.com : site de l’association des guides interprètes du Tarn (AGIT)

http://adoctarn.free.fr : site de l’office de tourisme occitan d’Albi

http://www.oc-tradou.cmonsite.fr : site d’une association occitane locale de Lisle-sur-Tarn

BIBLIOGRAPHIE

Pour voir la fiche descriptive d’un ouvrage, cliquez sur son nom

« La chambre de derrière. Pechbonnieu 1940-1944 » Laurent ROBENE
18 Nov 2019

La chambre de derrière

Aucun historien régional n’a mentionné Pechbonnieu comme un lieu notable de la résistance. Et pour cause : personne n’en a parlé. Ni les villageois eux-mêmes, qui ont peut-être évoqué entre eux à la veillée les faits de résistance de leur village, mais sans leur donner davantage d’écho, ni les acteurs principaux. Et pourtant, de 1940 à 1944, sans discontinuité, une famille du village a hébergé et caché plusieurs dizaines de Juifs (enfants ou adultes), de réfractaires au STO, de résistants, de parachutistes anglais et même des déserteurs de l’armée nazie. Chez eux, on imprimait des tracts, on organisait des transferts vers les Pyrénées et l’Espagne, Edgar Morin et Clara Malraux organisaient le MRPGD (Mouvement de Résistance des Prisonniers de Guerre et Déportés) en R4 (région toulousaine). Et toutes ces activités se faisaient avec le silence complice de toute la population. Personne n’a jamais dénoncé ces actes clandestins aux autorités. Au cours des années 80, Clara Malraux et Edgar Morin ont pourtant mentionné en plusieurs écrits leurs passages et séjours dans cette maison de Pechbonnieu. A partir de ces évocations, de recherches bibliographiques et dans divers fonds d’archives, le petit-fils de cette famille, a pu reconstituer la vie de ce village pendant cette période. Ces recherches ont abouti à la publication du livre « La chambre de derrière », Laurent Robène, Editions l’Harmattan, novembre 2018, avec une préface d’Edgar Morin. .A la fin de la guerre, les époux Robène se sont séparés, puis ont divorcé et aucun des deux n’a jamais fait état de ses activités de résistant pour obtenir quelque récompense, chacun est resté silencieux. Ils ont été reconnus « Justes parmi les Nations » par le comité Yad Vashem en mai 2018.

Au fil des pages, le lecteur sera plongé dans la vie quotidienne des familles d’un village sous le régime de Vichy d’abord, puis sous l’occupation à partir de novembre 1942. Et il ne manquera pas de repérer les deux thèses qu’avance et soutient l’auteur. Tout d’abord, bien que la famille d’accueil de Pechbonnieu n’ait été enregistrée dans aucun mouvement de résistance (en quelque sorte, ils étaient « free lance »), le refuge abritait des personnes provenant de plusieurs réseaux ou mouvements. L’auteur a pu établir qu’au moins 4 organisations différentes utilisaient l’abri de Pechbonnieu. D’autre part, ce livre démontre que tout le village était au courant de ces activités, des commerçants aux paroissiens, du maire (ou plutôt le président de la délégation spéciale) à l’institutrice. Même le délégué cantonal de la Milice a fait silence.

Le livre est en vente à la librairie Chaumerliac à Moissac et sur commande dans toutes les bonnes librairies. Il est également présent sur tous les sites de vente en ligne.

La chambre de derrière Pechbonnieu 1940-1944, Laurent Robène, L’Harmattan 2018, ISBN:978-2-343-15837-2 . Prix : 21,50€

Biographie de Laurent ROBENE
18 Nov 2019

Laurent ROBENE

Laurent Robène est né en 1952 et, après une courte carrière comme cuisinier, il s’est dirigé vers la comptabilité et son enseignement, puis l’ingénierie de la formation. Cet auteur s’est toujours intéressé à l’histoire locale de son département de résidence (la Mayenne) et a publié de nombreux articles au sujet notamment des corporations de métiers sous l’Ancien Régime et la Libération, dans une revue trimestrielle, l’Oribus, dont il est devenu ensuite rédacteur-en-chef. C’est après avoir pris sa retraite du monde de la formation qu’il s’est engagé sur une piste ouverte par sa tante, puis abandonnée. Cette piste, sur la base des seuls témoignages de Clara Malraux et Edgar Morin, le conduira à raconter la vie quotidienne de Pechbonnieu, village proche de Toulouse, pendant la période 1940-1944.

robene.laurent@gmail.com

07 63 14 25 57

«L’histoire extraordinaire de Joan Ibérico. Des Pyrénées à la ruée vers l’or» de Claude RANNOU
5 Oct 2019

L’histoire extraordinaire d Juan Ibérico

Sous le second empire, les mauvaises récoltes poussent des paysans ariégeois à émigrer vers des pays lointains en rêvant d’y faire fortune.

Juan Ibérico est de ceux-là: un manant qui se fait aventurier pour, de ses Pyrénées natales, aller jusqu’à fouler les sables de l’Australie.

A l’heure où le climat menace de jeter des populations sur les routes, peut-être est-il bon de se rappeler que nous sommes tous des enfants de migrants.

Outre le voyage extraordinaire de Juan Ibérico, c’est un regard sur « l’autre » que propose ce grand roman où le souffle de l’Histoire est porté par l’érudition et le style efficace de Claude Rannou.

 

Ce livre est paru en juillet 2019 aux éditions TDO.

On peut l’acheter dans les supermarchés, dans les bibliothèques ou sur internet en tapant « livres de claude rannou » ou « TDO éditions ».

ISBN: 978-2-36652-282-2

Jan RENETTE. Artiste Photographe. Biographie.
24 Mai 2019
Jean RENETTE. Artiste Photographe . Biographie .

Jean RENETTE. Artiste Photographe . Biographie .

Je m’appelle Jan RENETTE , je suis Artiste Photographe.

Hollandais d’origine, je me suis installé, depuis plus de 20 ans, sur les coteaux surplombant la ville de Toulouse. C’est lors de mes balades culturelles dans la région Midi-Pyrénées, « équipé » de mon Nikon, que je me suis aperçu à quel point je « voyais » au format «panoramique» : je n’avais de cesse de vouloir recadrer mes photos ! Voilà comment la photographie a commencé à me passionner.

J’aime retranscrire l’émotion que me procure un lieu tel que je le vois… Vous trouverez dans mes expositions les voyages dans le monde (Maroc, Inde, les îles grecques…), la Corse, les îles d’Aix et de Ré, ainsi que mes balades au cœur des cloîtres et des églises, au bord de la Garonne, du Tarn et de la Méditerranée…

Composer, c’est former un tout harmonieux à partir de différents éléments. La composition traduit sans dissimulation une sensibilité, un regard sur le monde et sur les autres. La photo m’invite donc à laisser exprimer mes envies, ma solitude, mes sentiments et ma vision créative.

Il existe tellement de « bibles » écrites sur la photographie (panoramique)… Je me balade avec mon Nikon D750, zoom 28-300 mm et mon regard, prêt à mémoriser ce que je vois. Mes seuls outils, les logiciels « Panorama Maker », « Photoshop » et l’imprimante Epson donnent la possibilité de retranscrire mes envies et mes visions sur papier.

Mais une photo commence à raconter une histoire quand elle est présentée en série avec d’autres photos, avec des textes et éventuellement de la musique. Là, mes photos commencent alors à vivre dans mes expositions et surtout dans mes livres…

 Contact :

Courriel : janrenette@netcourrier.com
Site Photo : janrenette.com
Site Livres : http://www.janrenette.com/Mybooks
Blog : http://www.janrenette.com/MyBlog
Mon CV-photo : http://j.renette.free.fr/for%20Smugmug/Renette_CV-apr2019.pdf

Mon e-mail : janrenette@netcourrier.com

« Mijn Holland, Tussen land en Zee » de Jan RENETTE
18 Mai 2019

Mijn Holland

Jan Renette, auteur et photographe d’origine néerlandaise, vit en France depuis plus de 20 ans. Il est l’auteur de trois livres : deux sur les îles et forts Charentais et un sur Toulouse.
Les Pays-Bas ont toujours gardé une place dans son cœur, alors ce n’est pas étonnant que son quatrième livre leur soit dédié. Cet ouvrage est le résultat d’un long travail d’harmonisation, de rapprochements et de fusion entre des photographies et des mots, des textes historiques, fruits de longues recherches. Dans ce livre, il emmène le lecteur des traces du passé de ce pays marécageux à aujourd’hui.
Pour ce projet, Jan a été inspiré par le voyage décrit par l’historien français Henry Havard dans son livre « La Hollande pittoresque, voyage aux villes mortes du Zuiderzée », un voyage fait en 1873 sur un tjalk autour du Zuiderzee. Jan a effectué ce même voyage 140 ans plus tard, sur un bateau historique du Zuiderzee.
Je vous souhaite un bon voyage…
Le livre…
Beau-Livre en couleur, 300 pages, 30 x 30 cm
Editions Photographe sans frontières
Diffusion / Distribution : Centraal Boekhuis- Pays-Bas
Tirage : 2000 ex.
ISBN : 979-10-93140-04-9
Prix : 40 €
Pour feuilleter le livre :  https://www.janrenette.com/Mybooks/Boek-Holland/

Préface par Pieter de Gooijer, ambassadeur du royaume des Pays-Bas en France…
La carte de visite de Jan Renette mentionne : photographe sans frontières. Une définition taillée sur mesure pour un auteur qui semble toujours en partance et entraîne le lecteur dans un parcours de découverte fascinant de l’histoire et de la culture néerlandaises. Avec « La Hollande, côté mer – côté terre » Jan Renette chemine d’événements historiques en anecdotes évocatrices, raconte l’esprit commercial de la Compagnie des Indes orientales et le langage des moulins. J’ai ainsi appris que jadis le meunier prévenait le boulanger que sa farine était prête en plaçant les ailes du moulin en quartier toute voile déployée. Jan Renette nous fait partager les grandes et petites histoires de l’ancienne Zuiderzee à l’IJsselmeer moderne. Il évoque ainsi un élément indissociable des Pays-Bas : la mer, source de subsistance et de prospérité mais aussi de crainte et de respect, une ambivalence de sentiments que Jan Renette sait rendre sensible. Ses photos montrent des paysages qui paraissent « naturels » mais qui ont été au fil du temps littéralement arrachés à la mer. Avec la fermeture de la Zuiderzee et la création de l’IJsselmeer, la flore et la faune ont changé, mais aussi les villes situées à proximité. Jan Renette raconte en détail cette évolution et apporte avec « La Hollande, côté mer – côté terre » une contribution précieuse à l’histoire l’historiographie des Pays-Bas. Je me réjouis que cet ouvrage soit maintenant disponible en français et j’espère qu’il vous donnera envie d’aller admirer les villages, villes et paysages situés autour de l’ancienne Zuiderzee ou de hisser la voile et de voguer à la découverte de l’IJsselmeer. Jan Renette vous offre une mine de suggestions pour un voyage inoubliable.

Ouvrage disponible aux Pays-Bas et en Belgique sur mon site : https://www.janrenette.com/Mybooks/Mijn-Holland-Tussen-land-en-Zee (Bestel nu) ou à commander chez moi avec dédicace  janrenette@netcourrier.com
Pour la version française, je cherche un éditeur.

« La société a dit… » de Mathieu GRANEL
4 Mai 2019

La société a dit…

Liberté, Égalité, Fraternité. Voilà donc trois valeurs fièrement revendiquées par la République française. À tel point qu’elles sont affichées sur tout ce qui relève de l’institutionnel. Mais elles ne sont que trois arbres républicains destinés à cacher la forêt du fascisme dont la recette universelle se trouve ramassée dans un autre triptyque fameux : Travail, Famille, Patrie. Exclusivement associé au fascisme à gros sabots du régime vichyste, il porte pourtant en lui les piliers fondateurs de toutes les sociétés depuis la nuit des temps. Au regard de l’Histoire, on remarque qu’il s’agit moins, dans ce mot d’ordre tristement célèbre, de la vision politique personnelle du Maréchal Pétain que d’une vérité anthropologique absolue.
De nos jours où le libéralisme fait la loi, nombreux sont les conservateurs à pousser des cris d’orfraie déplorant la décadence de ces prétendues vertus. Leurs adversaires, eux, s’en réjouissent. Or, les deux camps ont tort. Travail, famille et patrie ne meurent pas, au contraire, ils survivent à la façon de tout ce qui est : en évoluant. Car le libéralisme n’a pas libéré du fascisme nationaliste, il n’en a été qu’une métamorphose internationaliste diachronique, une version plus raffinée, plus pernicieuse : améliorée.
Ainsi, alors que tout le monde feule contre le slogan de la politique pétainiste, tout le monde y sacrifie, plus que jamais. Tout le monde loue les vertus travaillistes, la famille, qui s’agrandit en ouvrant ses portes à ceux qu’elle excluait autrefois tels les homosexuels amenuisant encore davantage les rangs des authentiques libertins, et le sacrifice patriote qui ne l’en est pas moins lors qu’il s’extirpe de sa forme nationaliste.
Ce livre devient alors l’occasion d’un pamphlet radicalement libertaire, donc individualiste, lançant ses maximes et aphorismes en boulets rouges contre ce carcan disciplinaire sociétal ravageur de la liberté individuelle. Là où la société souhaite des loups familialistes, des fourmis travaillistes et des chiens de garde patriotes, il s’agit de se placer plutôt sous le signe du tigre solitaire, de la cigale oisive et du chat aristocrate !

ISBN-13 : 978-1718002838 et son ISBN-10 : 1718002831.

Il est disponible sur Amazon en Ebook au prix de 3.00 € et en format papier au prix de 13.61 €.

« Ils sont morts pour que nous puissions vivre libres » André LACOMBE
4 Juil 2018

Ils sont morts…

Cet ouvrage est en quelque sorte le répertoire commenté de tous ces lieux de mémoire en Tarn-et-Garonne et au-delà parfois, lorsque des tarn-et-garonnais sont tombés en d’autres lieux. Le but n’était pas simplement de répertorier tous ces endroits, mais de retracer pour chacun d’entre eux l’évènement, chaque fois bien sûr que les témoignages ou les archives le permettaient, pour rappeler que toutes les victimes avaient un nom, un visage, une vie … et pour ne pas oublier qu’elles sont mortes pour notre liberté.

Plusieurs de ces lieux furent les témoins des atrocités commises par l’envahisseur nazi et sa sinistre Gestapo avec, le plus souvent, l’odieuse complicité de collaborateurs zélés ou de l’infâme Milice du gouvernement de Vichy. Certains de ces endroits ont été le théâtre d’affrontements meurtriers entre les Allemands et la Résistance, tandis que d’autres évoquent simplement « L’esprit de Résistance », la fraternité, le souvenir de ces femmes et de ces hommes, qui au péril de leur vie, bravèrent l’interdit en cachant des juifs, en hébergeant des réfractaires, en ravitaillant les maquisards…

Aujourd’hui, nous avons la chance de vivre en paix. Nous le devons au sacrifice de tous ceux qui ont payé le prix fort dans des conditions, souvent dramatiques, pour avoir voulu souligner leur attachement à la France et à ses valeurs républicaines.

Les Anciens, ceux qui ont connu cette période, disparaissent peu à peu, il est donc essentiel que les générations qui leur succèdent deviennent, à leur tour, des passeurs de mémoire pour ne pas prendre le risque de voir le souvenir s’estomper au fil du temps … peut être jusqu’à l’oubli.

Tous ces noms, gravés sur des plaques, sur des stèles ou sur des monuments, doivent rester comme un symbole pour toutes les générations.

Le devoir de mémoire est indispensable pour perpétuer le souvenir, l’Histoire.

 

André LACOMBE

ISBN:978-2-9544594-2-4

Prix de vente : 25€

Actuellement en vente à l’Espace Culturel Leclerc Sapiac à Montauban, au magasin de la presse à Nègrepelisse, au point presse Spar à Montricoux et chez l’auteur.

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.