»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
Rencontre avec Jean de Levat pour l’ensemble de ses œuvres
2 Mar 2015

Présentez-nous vos ouvrages en quelques mots ?
Mes ouvrages sont placés sous le signe de « L’Histoire démystifiée ». Ils sont le fruit de plusieurs années de recherches et d’études et ont été reçus dans les bibliothèques des plus grandes Universités mondiales. Ils sont diffusés dans plus de 40 pays à travers le monde, et occupent plus de 300 rubriques (30 pages) sur Google.
En France, ils sont proposés dans les principales chaînes de libraires avec le soutien du CNL – Centre National du Livre (Ministère de la Culture), comme « Les libraires » (120) ou « Place des libraires »(200).

Pourquoi avoir écrit ces livres ?
Napoléon disait « L’Histoire n’est que mensonges », et les principaux magazines comme l’Express ou le Point ont consacré des numéros spéciaux sur ce sujet. Passionné par l’histoire, c’est-à-dire le passé qui a fait ce que nous sommes, les racines dont nous sommes issus, et que nous devons respecter pour vivre en harmonie avec la nature.

D’où vous est venue votre passion pour l’histoire ?
C’est un atavisme familial, avec deux grands-pères membres de l’École Française de Rome, et bien plus loin encore.
Élevé par les « bons Pères », je me suis rendu compte rapidement du double jeu de leur enseignement basé essentiellement sur la crédulité de la Foi, le dogmatisme de « la vérité révélée », et non pas sur une quelconque raison scientifique.
L’un des amis de Voltaire, Thirry d’Hobach a dit: « C’est de l’ignorance et de la peur que sont nés les religions ».

Pourquoi préférez-vous écrire des essais ?
Nombreux sont aujourd’hui les écrivains de circonstances qui n’ont qu’une seule ambition, c’est celle de se faire connaître rapidement et de se faire du « fric » sur un scandale.
Et pour un public qui vit dans l’anecdote et le scandale c’est la manne des affairistes.
Ce n’est plus de la littérature, mais du fait-divers.
La forme de l’essai me semble convenir mieux à la recherche que tout autre mode littéraire.

À quel lecteur s’adresse vos ouvrages ?
Voilà le problème; mon lectorat vise les chercheurs et les érudits, ou encore les personnes cultivées, celles qui réfléchissent et qui évitent « la pensée unique ».

Quelles sont les principales qualités de vos livres ?
Ce n’est pas à moi de le dire, mais à mes lecteurs dont les références se trouvent ci-dessus. Il est dommage qu’à ce jour, il n’y ait pas plus de traductions.
En principe mes livres ont un style clair et agréable et n’ignorent pas la boutade.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers vos ouvrages ?
Comme la plupart des chercheurs, je tente de prouver que Dieu est une invention de l’Homme qui dans son ignorance, n’a pas d’autres explications par rapport à l’Univers.
Et pourtant la sonde Rosetta et le robot Philae, ou les expériences du CERN à Genève en apportent la preuve.
Sur le site Athéisme où figurent les noms des plus importants scientifiques ou penseurs, on trouve le nom de Jean de Levat.

Quel est le livre qui vous a pris le plus de temps à rédiger ?
Pour à peu près tous mes ouvrages, cela m’a pris au moins une bonne année pour chacun.

Pensez-vous qu’il n’existe pas de vérité historique ?
L’Histoire « officielle » est un conte fée comme le disaient déjà Socrate ou (Saint) Augustin. En fait, c’est de la pure propagande.
La boutade selon laquelle quand un Français arrive à Londres, il ne voit que des noms de défaites, est toujours d’actualité.

Quel est le livre dont vous êtes le plus fier ?
À coup sûr, ce sont Les mirages de Lourdes qui ont obtenus un succès à l’échelle mondiale, puisque diffusés dans plus de trente pays, malgré le fait que le texte n’ait pas encore trouvé de traducteur, sauf au Vietnam.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Mes ouvrages ne doivent rien à l’inspiration; mais sont essentiellement le fruit de recherches au plus haut niveau

Quels sont vos auteurs préférés ?
Bien évidemment les historiens, puis Victor Hugo, Balzac, Voltaire; Ronsard, Rabelais.
Et une bibliothèque de plus de mille livres

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Puisque mon recueil Le Sale air de la Peur a obtenu un premier prix International de littérature, je compte persévérer dans cette voie. Un ouvrage est en préparation.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
« Vivez si m’en croyez,
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie » – Pierre

Les impostures religieuses. Jean de Levat
8 Mai 2013
Jean de LEVAT
Jean de LEVAT

A partir des textes dits « sacrés », Jean de LEVAT a élaboré une anthologie « démystifiée » des trois religions du Livre. Ils ne font que reprendre près de deux millénaires les textes d’érudits pourchassés pour leur amour de la vérité.

Dans la lignée de Gérald Messadié, de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur ou encore de Michel Coquet pour le christianisme, des frères Sabbah et de Finkelstein et Silberman pour le judaïsme, de Ibn Hishâm, voire Salman Rushdie pour l’Islam, ce livre fait suite Aux Origines historiques des trois religions du Livre qui vient de paraître et qui a rencontré un certain succès.
Comme vous le constaterez, ce travail a été élaboré à partir d’une moisson de citations tirées des textes, dits «sacrés», eux-mêmes.
De plus, il fait appel entre autres à Flavius de Milève, à Origène, à Celse ou à Porphyre pour l’Antiquité, mais aussi aux contestataires du Moyen Âge et de la Réforme, sans oublier plus près de nous, Reimarius, Voltaire ou Renan.
Les Apocryphes et le Talmud occultés par les sectes chrétiennes constituent également une précieuse source de renseignements.
Il s’inscrit également dans la suite d’un ouvrage qui eut un immense succès au XVIIIe siècle et qui fut édité dans toute l’Europe : Traité des trois imposteurs : Moïse, Jésus, Mahomet.
Bien entendu, il s’agit d’un texte d’allure polémique qui ne plaira pas aux contempteurs de la «Pensée unique», qui veulent oublier que tous les conflits ont toujours eu à la base un prétexte, voire la bénédiction des religieux.


EDILIVRE/Aparis. ISBN : 9782332543462 – 328 pages noir & blanc – Prix : 24.50 €

Le Bon Pape Josef Ratzinger, ancien Préfet de la (Sainte) Inquisition. Jean de Levat.
30 Oct 2012

Jean de LEVAT

Jean de LEVAT

Dans ce livre Jean de Levat critique l’Église catholique romaine. Il n’est pas le seul à l’avoir fait. Mais lui, à la différence des autres critiques, documente très bien ce qu’il avance. Et ça donne au final ce brûlot étonnant.
Dans cette analyse percutante du Vatican, Jean de Levat critique le passé trouble de l’actuel pape régnant. Mais, «Le bon pape Joseph Ratzinger ancien préfet de la Sainte Inquisition» s’attache aussi beaucoup au pape Jean-Paul II. C’est ainsi que l’on découvrira avec surprise comment Jean-Paul II s’est permis de canoniser quelqu’un qui n’a jamais existé !…
Parfois il fait des sauts en arrière jusqu’à l’époque de l’Inquisition, une période marquante de l’Histoire où l’Église s’attaquait systématiquement à tous ceux qui s’opposaient à elle, par la torture au nom de Dieu !

Napoléon disait : « l’Histoire n’est faite que de mensonges. » Suite à une longue lignée d’historiens, Jean de Levat revient fouiller les textes anciens et occultés, pour démystifier l’Histoire «officielle».

ISBN : 9782332493293

La Pucelle ou la Revenante. Jean de LEVAT
1 Août 2011
Jean de Levat

Jean de Levat

Jeanne d’Arc n’a pas été brûlée !
L’affirmation ci-dessus va en faire bondir quelques uns !
D’autres, historiens «officiels», ou connaisseurs de tous acabits, vont crier au scandale. Et pourtant nous nous référons tous aux mêmes textes, aux mêmes témoignages.
Mais la légende de Jeanne relève plus d’une volonté politique bien déterminée au XIXe. siècle, que de la réalité historique telle qu’elle nous est présentée dans les rares documents originaux qui, eux, ont bien été brûlé dès le milieu du XVe. siècle.
De nombreux mystères entourent sa naissance et sa mort.
Qui est réellement Jeanne d’Arc ?
La raison d’État qui obligea sans doute Charles VII à empêcher la révélation du secret de la naissance de la Pucelle n’existe plus aujourd’hui, et seuls les détenteurs de la révélation de notre Histoire s’opposent à la divulgation de ce document.
Quand le voile sera-t il levé à ce sujet ?
Quand la vérité sera-t elle enfin révélée ?

ISBN : 978-2-3324-5207-8 – Prix : 21 €

Les origines historiques des trois religions du Livre
6 Juil 2011

Jean de Levat

Jean de Levat

A priori, lorsqu’on les aborde de l’extérieur, les trois grandes religions que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam apparaissent comme des systèmes de croyance inébranlables, soutenus par des dogmes, s’appuyant sur des révélations… Apparemment, il s’agit là de forteresses aux fondations solides, dotées d’une littérature, d’un appareil qui leur permet de fonctionner, d’un certain nombre d’hommes et de femmes de foi qui œuvrent en leur nom. En apparence seulement, car à y regarder de plus près, ne sont-ce pas là autant de colosses aux pieds d’argile ? Par-delà les dorures, le faste, les rituels, les célébrations, les paroles que l’on dit d’or, ne sont-ce pas là des systèmes aisément réfutables, voire condamnables pour leur aveuglement et l’emprise qu’ils exercent sur des milliards d’individus ? En compagnie de Jean de Levat, petite décomposition des socles sur lesquels se sont construites les religions. Si l’on dit de Dieu qu’il appartient à l’éternité, les religions – ne serait-ce que parce qu’elles ont une date d’émergence – appartiennent à l’histoire, et en cela sont liées aux communautés humaines. Ce postulat latent guide la pensée de Jean de Levat en qui il ne faudrait pas voir un athée, mais plutôt un anticlérical et antidogmatiste convaincu. Sondant le passé des religions et les réinscrivant dans une série de mutations, métamorphoses et autres détournements de la pensée, il élabore là un essai qui cible principalement l’artificialité des religions du Livre, toutes élevées sur des assises ô combien friables et qui en ont connu les dangereuses conséquences. Un essai qui secoue bien des voûtes !

Puisé aux sources mêmes des Livres fondateurs, THORA, ÉVANGILES et KORAN, cet ouvrage prétend démontrer les incohérences, les contradictions et les horreurs rencontrées dans ces textes dits « sacrés ». Il ne fait que reprendre la lignée des Celsius, Porphyre, Flavius de Milève dans l’Antiquité, les victimes des bûchers de l’Inquisition, la Réforme, Voltaire et les Encyclopédistes, et les contestataires de l’école de Renan. Bien entendu il ne peut que compléter les érudits modernes comme Robert Ambelain, Mordillat et Prieur, les frères Sabbah, et tant d’autres qui sont abondamment cités. Il va plus loin encore, en fustigeant les comportements abjects de leurs Apologistes : « Les croyances et les certitudes naissent sur le mol oreiller de l’ignorance ». « Gardez-vous des faux Prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais en dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits » (Matthieu 8.15/20) Cet ouvrage est destiné à ceux « qui ont des yeux pour voir, et d’oreilles pour entendre », voire un cerveau. Avec deux grands-pères formés à l’École de Rome, l’auteur a toujours baigné dans une ambiance d’érudits et d historiens. Membre, entre autres, de la Société d’Études du Lot et passionné par la généalogie et l’histoire, Jean de Levat a recherché à les démystifier. Après quelques essais comme « Les origines historiques de la Franc-Maçonnerie » ou « L’Église Templière de Montsaunes », il entreprend maintenant de démystifier l’histoire des Religions.

Version papier : 25,00 € / 262 pages

Version pdf : 12,50 €

Jean de LEVAT. Bibliographie.
8 Déc 2010

Membre entre autres de la Sté. des Études du Lot, du Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées et de nombreuses autres associations littéraires, Jean de LEVAT est l’auteur de la série historique de

« L’HISTOIRE DÉMYSTIFIÉE »

Ses ouvrages s’attachent à rechercher la réalité des sources de ce que Napoléon lui-même qualifiait de « mensonges » et qui n’est souvent qu’un outil de propagande.

Lire la suite »

Livre d’Or * Salon du Livre de Monclar de Quercy * 2009
13 Oct 2009

Je vous remercie pour l’important travail effectué afin que vive le Salon du Livre de Monclar. J’ai eu une excellente impression. Encore félicitations.
Cordialement.
Sylvanie Simon En savoir +  sur l’auteur

« Chaque année, le dernier dimanche d’août est réservé à une manifestation où la convivialité rejoint notre amour des livres : les Editions Toute Latitude, parrain du Salon du Livre de Monclar en 2008, étaient de nouveau présentes à l’édition 2009. Cet important rendez-vous de la vie de Monclar, auquel sont couplés le vide-grenier et la bourse « toutes collections », est un grand moment d’échange et de diffusion de nos ouvrages : cette année, le public populaire et estival est venu massivement à la rencontre des auteurs venus de toute la région. Une nouvelle étape a été franchie et Monclar est désormais un Salon du livre de référence en Nord Midi-Pyrénées. A l’année prochaine ! »
Merci pour votre accueil et à très bientôt,
Amitiés,
Laurent Tranier, Editions Toute Latitude En savoir +  sur la maison d’édition

Le salon de Monclar était une première pour moi, je l’ai trouvé très bien.
Je ne m’attendais pas à autant de participants !
Véronique Piazza

J’ai voulu venir te faire un petit coucou au salon pour te montrer que je soutiens ton action. J’ai vu que le nombre d’exposants était croissant par rapport au 1er salon cela prouve que tu as fait du chemin : pas une table libre, toutes étaient occupées. Bravo c’est le seul mot qui me vient et félicitations pour ce projet mené d’une main de maître. Bisous.
Pierrette Champon Chirac En savoir +  sur l’auteur

Merci pour ce salon ! : tout était bien et pour moi c’est les meilleures ventes de tous les salons d’été, juste un petit détail pratique : les grilles contre le mur ne servent à rien car personne ne regarde ce qu’il y a dessus
Valérie Blachère AUTEUR-ILLUSTRATRICE  En savoir +  sur l’auteur

Je t’ai donné en direct mes impressions mais à la réflexion mon impression de moindre fréquentation vient probablement du fait qu’il n’y a pas eu de « pic » mais une présence continue ; pour ma part j’ai toujours du monde, je n’ai pas vu autour de moi les allées vraiment vides.
Jean-Paul Escalettes

Ce Salon a été néanmoins une réussite.Nous vous adressons toutes nos félicitations et peut-être, à l’année prochaine… si Dieu le veut
Claude Chappat En savoir +  sur l’auteur

Encore une fois un GRAND MERCI au « petit Monclarais » … et ceci pour plusieurs choses :
1 – Tout d’abord cette remarquable mise en relation avec Illo Humphrey et La BIRE
2- L’excellente tenue du Salon du Livre de Monclar, où de plus j’ai pu nouer de très intéressants contacts.
Jean de Levat, auteur des « Mirages de Lourdes » En savoir +  sur l’auteur

Bonjour cher Robert,
Merci de nous avoir réunis à Montclar de Quercy Dimanche. La promenade est toujours aussi agréable pour venir. Et le village très sympathique.
Et la rencontre du public toujours aussi passionnante.
car ils sont si charmants à venir nous regarder et nous lire.
Ils nous confient parfois leurs peines et leurs joie… Mais aussi leurs espoirs.
Bref si vous voulez bien de moi je reviendrais.
Dommage pour Léojac.Nous avions eu un bon public et les gens semblaient très contents de nous voir.
Je vous expédie les 20 € lundi car demain je travaille encore à mes articles.
Sur mon site www.amalthee-ecrivain.info vous trouverez des tas de choses.
Dites moi de quoi vous avez encore besoin.
Cordialement cher Robert qui vous décarcassez pour oeuvrer avec nous.
Amicalement
Amalthée

Merci pour votre accueil dimanche. C’est toujours aussi remarquable…
Jos Sabac En savoir + sur l’auteur

Jean de LEVAT. Biographie
21 Sep 2009
Jean de LEVAT

Jean de LEVAT

Membre entre autres de la Société des Études du Lot, et du Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, Jean de LEVAT est l’auteur de la série historique de « L’ HISTOIRE DÉMYSTIFIÉE ».

Ses ouvrages s’attachent à rechercher la réalité des sources de ce que Napoléon lui-même qualifiait de «mensonges».

Avec l’appui de Marcel GAY (auteur du best-seller «L’affaire Jeanne d’Arc» + de 60 000 exemplaires) et d’autres journalistes d’investigations comme Eric RAYNAUD (Ingrid Bétencourt / La mort étrange de Pierre Bérégovoy), ses titres sont en tête des ventes de tous les sites marchands d’Internet : GOOGLE, Fnac, Amazon, Chapitre, Alapage, Auchan, Décitre, Généanet, Ebuyclub, etc. ainsi que dans les grandes librairies ou Maisons de la Presse, ou encore dans les CARREFOUR et toutes les FNAC.

En Amérique du Nord, il est diffusé par PROLOGUE QUÉBEC sur plus de 4500 points de vente au Canada, aux USA, ainsi que sur les pays d’Europe Occidentale (Suisse, Benelux, Allemagne, Italie…) et même en Russie. Les ouvrages de Jean de LEVAT sont également diffusés en Vietnamien, en Chinois et en Japonais, et aussi en Algérie, au Maroc et au Burkina Faso.

Les principales Universités Américaines possèdent ses titres, qui pénètrent aussi en Europe. Des traductions en Anglais, Espagnols et Allemand sont en cours.

Centres d’intérêt :
Démystification de l’histoire officielle des religions et de la France.
Ancien universitaire.

Contact :

Le Moulis
31230 GOUDEX

Courriel :  dereganhje@gmail.com

« Lourds secrets de l’Eglise templière de Montsaunes ». Jean de LEVAT
21 Sep 2009

Si, pour certains, les Templiers « ne furent que des hommes de guerre et des banquiers », pour d’autres « les Templiers ont des contacts avec l’Orient, et qu’ils en ont ramené des idées, des conceptions nouvelles, et parfois, des hommes ».
Pour d’autres enfin, « ils ont renié Jésus et craché sur la croix. De toute évidence, l’Ordre du temple était double… il était double à cause du secret, qui cachait obligatoirement quelque chose. Le temple était un Ordre Noir ».
Jean Markale conclut: « les légendes ne surgissent jamais de rien, mais bien souvent on s’aperçoit qu’elles correspondent à une certaine réalité, mise en image et codifiée symboliquement, pour être transmise à travers les générations, sous une forme accessible seulement à ceux qui sont assez initiés pour en comprendre le sens. »
C’est ce que l’on retrouve à l’église templière de Montsaunes, située au fin fond du Comminges, à l’époque étape sur le chemin de Compostelle.
Que faisaient là, en 1180, les Templiers, « la milice du christ », censée défendre son tombeau à Jérusalem ?
Pourquoi y retrouve-t-on, entre autres, la reproduction de la fresque de la « pesée des âmes » de la Pyramide de Kéops ? Pourquoi autant de symboles ésotériques, à la place des traditionnelles fresques Christiques ?
Ce n’est qu’il y a quelques années, en voulant débarrasser les murs des enduits du XIXème siècle, que l’on fit cette troublante découverte.
Une équipe de Compagnons tente ici de donner quelques repères pour les initiés et les hérétiques, « ceux qui cherchent à savoir ».

Site Internet :
http://www.editions-lacour.com/

Prix : 15€ – ISBN : 2-7504-1630-2 – 21 x 15 cm – 250 pages –

« Les mirages de Lourdes d’après l’œuvre de Jean de Bonnefon ». Jean de LEVAT
21 Sep 2009

Les mirages de Lourdes d’après l’œuvre de Jean de Bonnefon. Jean de LEVAT

Les mirages de Lourdes d’après l’œuvre de Jean de Bonnefon. Jean de LEVAT

Un ouvrage d’actualité qui soulève une polémique fondée sur des travaux de recherche sérieux.
En 2008 se fêtent les 150 ans des apparitions de Lourdes où la visite du Pape est prévue en septembre. Cet ouvrage très documenté démontre que les apparitions de Lourdes, les guérisons et les soi-disant miracles reposent sur des fondements bien fragiles et comment le culte marial de Lourdes a été monté par l’Eglise, avec l’appui tacite de l’administration impériale et des médias de l’époque.
A partir de l’ouvrage de référence de Jean de Bonnefon « Lourdes et ses tenanciers » paru en 1907, l’auteur s’appuie sur toutes les sources sérieuses et connues à ce jour, notamment de la Révérende Mère Marie-Thérèse Bordenave (la vie de Sainte-Bernadette), du Chanoine Cassagnard, de l’abbé René Laurentin, de Marie Caujolle et Dominique Lormier.
L’auteur brosse le contexte religieux de l’époque, présente les protagonistes (la famille Soubirous, le clergé local, l’administration impériale, la presse, les sources), détaille les mystères de la grotte, révèle comment ont été trafiqués les canaux de l’eau miraculeuse, orientés les témoignages de Bernadette et souligne la disparition de pièces essentielles. Il s’attache particulièrement à la personnalité de Bernadette, à ses déclarations et correspondances, puis à sa triste fin au couvent de Nevers où elle vécut un véritable martyr. Il explore enfin en détail l’histoire du culte marial et la prolifération des cultes autour de Marie, jusqu’au concile Vatican II et montre combien « les mirages de Lourdes » ont bien servi la stratégie de l’Église.

Ed. Alphée / Jean-Paul Bertrand

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.