»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Dictada occitana » à La Ville Dieu du Temple
5 Fév 2013

Les diplômés 2013 !

Les diplômés 2013 !

Pour la quatrième fois, la commune de LA VILLE DIEU DU TEMPLE s’est accrochée à la longue chaine de villes et villages, de Barcelone à Paris en passant par l’Italie  où se déroule chaque dernière « dimenchada » (week-end) de janvier, la « dictadada occitana ».

A La Vila Diu del temple, ce « concours » très amical est organisée par Tarn & Garona occitan ( TG’OC ) , association Frédéric Cayrou en partenariat avec Le Recaliu qui chaque mercredi soir à la salle de la mairie regroupe passionnés et curieux venant se perfectionner ou s’initier à la graphie occitane (chacun y est le bienvenu !). Il faut dire que Lavilledieu se distingue :  Nadal Rey est sans conteste, le doyen de tous ceux qui lisent la dictée, qu’il y a une élève paraguaienne et que cette année les deux vainqueurs ont été le président du Recaliu, Jean Olivéro, fier de ses origines italiennes et un jeune Autrichien de 22 ans, Alexander Sigmund. Alex a appris l’occitan à l’université de Vienne et a choisi, grâce à Autriche et Pays d’Oc, de venir se perfectionner en, Occitanie . Il est accueilli depuis fin juillet 2012 par TG’OC avec le soutien du Conseil général de Tarn et Garonne. Actuellement il est assistant d’allemand au lycée Berthelot à Toulouse et au Lycée Matisse et Collège Montesquieu de Cugnaux. A côté d’une très intéressante exposition de dictionnaires occitans, il y avait d’ailleurs un stand invitant à découvrir Vienne et à faire une escapade dans les plus beaux sites autrichiens. A la fin de la dictée dont le thème était la « fèsta porcala », le conteur Georges Lennoz amusa l’auditoire de quelques histoires tandis qu’André Garet, de Montbeton offrit un excellent jus de pomme de sa production pour accompagner la coque des rois.

Outre le souvenir d’une excellente soirée, tous les candidats furent récompensés par un superbe diplôme complétés d’ invitations à la 12° université occitane d’été de Midi-Pyrénées qui aura lieu du 7 au 14 juillet 2013 à Laguépie-en-Rouergue, d’abonnements à l’hebdomadaire occitan « La Setmana », de livres et de nombreux cadeaux offerts par TG’OC et les collectivités territoriales départementales et régionales.

Occitan. Rencontre intergénérationnelle et internationale
5 Déc 2012

OCCITAN : RENCONTRE INTERGENERATIONNELLE ET INTERNATIONALE

OCCITAN : RENCONTRE INTERGENERATIONNELLE ET INTERNATIONALE

Nadal Rey a deux motivations essentielles : favoriser les échanges intergénérationnels et valoriser la langue et la culture occitanes. L’émotion fut donc grande pour le vice-président de Tarn e Garona occitan en accueillant à son domicile « Cèu d’estiu », Alexander Sigmund, un jeune étudiant autrichien de 21 ans, avec lequel il a eu un long entretien en occitan . « Cela donne chaud au cœur de voir que, porté par un jeune, le flambeau va continuer de brûler, qui plus est bien au delà des frontières de l’Occitanie. » Arrivant de l’Institut des langues romanes de l’université de Vienne en Autriche , le jeune homme s’est dit « espanté » (c’est le mot qu’il a employé !) d’écouter Nadal Rey lui raconter sa vie, en occitan bien sûr : « C’est incroyable, cet homme est un très bel exemple pour la jeunesse . Il a forgé sa destinée à force de volonté. Il prouve qu’issu d’une famille très modeste et ne parlant qu’occitan en arrivant à l’école, cela ne l’a pas empêché de réussir une vie incroyable . En tant que linguiste, je comprends très bien que la pratique simultanée de deux variantes de l’occitan, languedocien et gascon, lui ait ouvert l’esprit et permis d’apprendre facilement une autre autre langue romane : l’espagnol qu’il a enseigné au plus haut niveau. Grâce à un tel exemple, les personnes qui n’osent pas parler le « patois » , comme on dit souvent ici au lieu d’occitan, ne peuvent que retrouver leur fierté d’avoir la chance se parler une si belle langue . En plus , lorsqu’elles parlent français, cela leur donne un accent merveilleux . »

Autre langue romane, la langue italienne fut aussi un moyen d’échange entre Alexander Sigmund qui se dit très italophile et Jean Olivéro, président du Recaliu . « Aujourd’hui je suis vraiment ravi, expliqua le jeune étudiant qui surprend par son français impeccable , car l’occitan et l’italien sont mes deux violons d’Ingres ! »

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.