»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Pareloup, les souvenirs d’Augustin ». Roman de Jean Dupin.
5 Fév 2013

Jean DUPIN

Jean DUPIN

Combien de fois Augustin est-il venu là, dans cette anse abritée du lac de Pareloup, accompagné de l’enfant, sans rien lui révéler ? Ce matin, comme toujours, la surface de l’eau n’est qu’un immense miroir, scintillant au premier soleil. Mais, peut-être parce que le soir de sa vie devient plus pesant qu’à l’ordinaire, Augustin brise le miroir. Il parle en courtes phrases pudiques.
Il dit les vallées de bout du monde d’autrefois, qui se serraient autour de celle du Vioulou : les traînées d’ombres couchées sur les grands prés et les hameaux que la masse liquide a noyés. Il dit les mangeailles chaudes d’amitié d’Arvieu et des villages proches.
Soudain, sait-on encore quand, ce fut le barrage. Ce fut l’idée inconcevable d’abandonner les fermes, qui désempara les paysans, surtout les plus petits. Ils avaient cru le temps et leur pays immobiles. Ils pensaient que jamais les chemins ne verraient circuler d’autres hommes qu’eux et d’autres femmes que ces filles connues, qui faisaient des fermières simples et courageuses.
Et voici que débarquèrent les Italiens. Le Rital et ses semblables, des Calabrais, ardents au travail, aux luttes lors des grèves sur les chantiers. Parmi eux, Mario, séducteur, prêt à courir bien des risques jusqu’à l’accident.
Graziella attire les passions et la tendresse, malgré sa réserve. Devant sa beauté, les soupirants s’ingénient à lui promettre beaucoup. Bien plus qu’ils ne peuvent tenir… Qui en fera sa femme ? Un bellâtre, l’ingénieur en chef ou le Garrèl, dont les atouts paraissent bien minces ?
Quand, dans le silence de la petite anse, qu’avait troublé pendant un bref instant un hors-bord importun, émergent enfin les ultimes secrets oubliés sous le miroir du lac, les yeux de l’enfant brillent d’émotion et de fierté en regardant Augustin, son grand-père.
Pareloup, tout empreint de sincérité et de tendresse, avec la couleur de ses personnages, la surprise de ses rebondissements, représente sans nul doute l’un des meilleurs livres de Jean Dupin.

Toujours fidèle à son Aveyron natal, Jean Dupin signe ici son neuvième roman.

ISBN 978-2-9523208-8-7 – Prix : 15€

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.