»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Le facteur du Lévézou  » Jean DUPIN.
6 Mar 2018

Le facteur du Lévézou

Les années soixante. Sur le Lévézou. Dans une nature rude, à la sévérité montagnarde quand battent les vents, les pluies et la neige d’hiver, la terre et les hommes ne changent que lentement. Aux Bruyères, bien qu’il encense le Progrès, Firmin Desplat ne ménage pas ses valets.
Jean Estivals n’est pas plus mal traité que d’autres, mais quand il lâche le gros propriétaire en pleine fenaison pour monter à Paris, Desplat en conçoit une fureur, qui ne le quittera plus.
Jean, fils du modeste cantonnier communal de La Creyssie, a préparé et réussi en secret le concours de facteur des Postes. Il rêve de marches, sac de cuir au dos, et de contacts conviviaux avec les gens. S’il remplaçait Cyprien, le préposé, proche d’accéder à une retraite bien gagnée ?
Mais rêve ne vaut pas réalité ! Il faut d’abord accepter des années de purgatoire à Paris. Heureusement le séjour dans la ville tentaculaire sera éclairé d’amitiés entre collègues et de solidarité entre Aveyronnais exilés.
Lorsque sonne enfin l’heure de rentrer à La Creyssie, Jean découvre un paradis pavé d’embûches : les jalousies mesquines de certains camarades de 
travail, l’incurie de son chef, les ragots de village, les risques sournois de sa tournée, qui lui font frôler la mort.
Et à nouveau la rancune rance de Desplat… Quand Jean se trouve engagé dans une compétition politique avec lui, la tension atteint son comble. Cependant, il y a la douceur d’Isabelle. Et, totalement imprévu, un drame sur le lac,nouvellement créé, de Pareloup, qui rabat la vindicte obstinée du paysan irascible.
On referme le livre de Jean Dupin à regret, avec la sensation de quitter un village connu, si typique de l’Aveyron rural d’autrefois, mais aussi de faire ses adieux à un personnage si sympathique : le facteur à pied ou à bicyclette, à qui on était si heureux de donner une étrenne pour son calendrier.

Pour voir la biographie de Jean DUPIN, cliquez ici

 

 

« Notre Monsieur. A l’Ombre de la Tour ». Roger MARTINI
10 Sep 2015
"Notre Monsieur. A l'Ombre de la Tour". Roger MARTINI

« Notre Monsieur. A l’Ombre de la Tour ». Roger MARTINI

À Paris, Thomas retrouve Sophie, le soleil de son enfance et l’épouse… C’est la lune de miel ! Cependant, l’horizon s’obscurcit : Notre Monsieur, son beau-père à la tête d’un empire financier, cherche constamment à l’anéantir. Puis vient la période noire… Thomas crée son entreprise : elle décline… Il se lance dans la politique : il se voit trahi… ! Il finira par s’en sortir, presque trop bien, mais, la grande question : l’homme pur qu’il figure depuis son enfance restera-t-il lui-même ?

4e et dernier tome de la saga « Notre Monsieur »

2007 – ISBN : 978-2-35192-026-0 – Prix : 20 € – En voie d’épuisement

Disponible aux  Editions de la Veytizou
La Veytizou, 87130 NEUVIC-ENTIER – Tél. : 05 55 69 71 24

« Requiem pour la pègre » Fiction. David DEYMIER. Editions Ixcéa.
26 Juil 2012

Robert Deymier

Robert Deymier

Cette fiction est dédiée aux familles qui ont perdu une fille mineure ou majeure lors des disparitions touchant le Grand Toulouse. Après jugements, au pluriel… Non-lieu…
Les coupables se reconnaîtront, en espérant de tout cœur que la vérité éclate au grand jour. Je rends hommage aux familles qui se sont battues pour tenter de faire plier la pègre… politique… justice…

Saison hivernale 1990-1991.
Âgé de 20 ans, je travaille en cuisine dans un complexe hôtelier de l’Alpe d’Huez. Une nuit, après avoir terminé mon service, et alors que je file ouvrir un snack de nuit, je rencontre l’auteur Etienne Roda-Gil. A l’époque, je dévore un livre de poche tous les deux jours…
Après un court échange, je lui fais part de mon envie d’écrire des romans d’espionnage, et toutes autres fictions. «Vas-y petit !» me répond-il alors, très encourageant.
De retour de cette saison qui a été et de loin la plus instructive, je prends la plume en avril 1991.
Et c’est en mars 2011, après ma rencontre avec l’éditeur André-Gérôme Gallego que je me décide à franchir le pas.

« Londres brûle. De la désespérance à l’espoir ». Histoire / Politique. Fernand Weber. Editions Publibook.
9 Mar 2011
Fernand Weber
Fernand Weber

La violence des bombardements, l’atmosphère d’épouvante et le désarroi des Londoniens sont décrits avec talent dans ce récit qui fait alterner rappels historiques et paroles de victimes. Introduits dans une classe de filles lors d’une attaque de la Luftwaffe, nous sommes alors frappés par l’horreur d’une guerre qui n’épargne personne, pas même les plus innocents. L’auteur, qui a recueilli des témoignages d’anglais et d’anglaises, dévoile non sans émotion une ville et des vies en ruines.
« Londres brûle » est un hommage au peuple anglais mais qui parlera à tous.
Le titre de cet ouvrage est sans équivoque : il nous est en effet présenté un Londres dévasté par les bombardements. L’auteur retrace les temps forts de cette période qui a mis a mal une partie de l’Europe tout en livrant une image de ce qu’on vécu les Londoniens, petits et grands. « Londres brûle » ou un ensemble de chroniques qui ne laissera pas le lecteur indifférent.

Fernand Weber est né en 1930 en Alsace. Successivement Instituteur, Professeur de Lettres modernes, Principal de collège, il était conseiller municipal , puis Conseiller Général du Haut Rhin.Envoyé en Algérie (1955 – 1957), il est aujourd’hui Officier de réserve.
A la retraite depuis 1992, il a publié six ouvrages dont « Le fils ingrat » aux éditions de La Nuée Bleue qui lui a valu en 2007 le prix de la Société des Écrivains d’Alsace, de Lorraine et du Territoire de Belfort.

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.