»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Victimes ou coupables ». Colette DELPON.
20 Août 2015
"Victimes ou coupables". Colette DELPON.

« Victimes ou coupables ». Colette DELPON.

Gabriel, sourire enjôleur, charismatique, séduisant, terriblement intelligent va croiser par hasard le chemin de trois femmes.

Trois victimes potentielles qu’il arrive à manipuler au gré de ses pulsions meurtrières.

Elles vont s’unir pour l’empêcher de nuire et tenter de l’arrêter dans ses délires dangereux.

Il arrive que des évènements nous entraînent à vivre des situations scabreuses, souvent incontrôlables qui nous font dériver…

Qui va sortir vainqueur de cette lutte impitoyable ?

Editions Edilivre –  ISBN : 978-2-332-92831-3 – Prix : 19.50 euros

Ouvrage disponible sur le site EDILIVRE et dans toutes les librairies : FNAC, Chapitre…

Hélène LOASIS. Biographie
18 Déc 2014
Hélène Loasis

Hélène Loasis

Ce pseudonyme vient du nom d’une maison qu’habitaient mes grands-parents dans les faubourgs de Toulouse – maison d’ailleurs détruite il y a quelques mois, ce que j’ai découvert par hasard non sans émotion – et d’où je tire les quelques souvenirs heureux de mon enfance.
J’ai grandi et fait mes études à Tarbes puis Toulouse et commencé ma carrière de professeur de philosophie, dans divers établissements de l’académie de Toulouse, avant de partir, au début des années 80 et pour une vingtaine d’années, exercer dans divers pays d’Afrique (Congo, Madagascar, Mauritanie, Togo) puis en Guadeloupe.
Je venais alors passer mes congés d’été en famille dans la région de Gaillac.
J’ai achevé il y a peu, cette carrière de professeur de philosophie dans un lycée de Castres et vis désormais dans un village proche d’Albi. L’écriture s’inscrit pour moi dans la continuité d’un certain regard sur la vie.

Contact : Hélène Steichen
Le bourg
81120 FAUCH
Tél. Port.  : 06 11 77 38 27
Tél. Fixe : 05 81 02 33 42
Courriel : helene.steichen@sfr.fr

Pour voir l’article dans Luchon Mag, cliquez ici

« Vers l’horizon ». Recueil de nouvelles d’Hélène LOASIS. Edition Publibook.
18 Déc 2014

Vers l'horizon. Hélène LOASIS

Vers l'horizon. Hélène LOASIS

Un panorama de la vie ou d’une vie ou d’un personnage en 26 textes, aux thèmes et au ton aussi varié que la vie elle-même.

« Bien sûr, la bonté, la beauté, la lumière qu’on lui avait chantées, tout cela existait, mais à trop le chanter, on oubliait de vaincre la laideur qui pourrissait, là et ailleurs… »
Malgré le souvenir toujours brûlant des blessures passées, la comédie humaine, le jeu des relations et les fractures, toujours là, l’ombre des jours s’estompe peu à peu : le temps et les évènements offrent une distance ouvrant vers l’horizon.
Sous la forme de fragments agencés comme les pièces d’un puzzle, avec leur variété de tons et de couleurs, Hélène Loasis propose, comme dans son premier livre, un regard lucide, quelquefois violent, mais qui peut être léger ou amusé, sur soi-même, les autres et ce qui nous entoure. Si l’ensemble s’avère plutôt amer, parfois cynique, un brin cruel, l’espoir d’un apaisement l’emporte.

ISBN : 9 782342 008517 – Prix : 15 euros

A commander à Fnac.com ou à Publibook (délai long) ou à helene.steichen@sfr.fr (envoi immédiat).

« L’ombre des jours ». Recueil de nouvelles d’Hélène LOASIS. Edition Publibook .
18 Déc 2014

L’ombre des jours. Hélène LOASIS

L’ombre des jours. Hélène LOASIS

Il s’agit de 24 textes, courts et autonomes qu’on peut lire comme autant de regards sur la comédie ou la douleur des relations humaines. Textes qui font émerger des ressentis, des sentiments, ou des urgences universelles.
« Jouer des rôles mais rester en coulisses, être là mais ailleurs, se donner mais se voir et se perdre dans ce jeu de regards… »
La comédie humaine, le jeu des diners entre amis, l’affliction familiale, les révoltes sabordées, la culpabilité, la solitude, la liberté et l’étouffement : se rencontrent des fragments de vie qui s’efforcent de donner du sens, malgré la mélancolie et le mal-être…
Alliant cynisme et sensibilité, Hélène Loasis signe une satire acide des rapports humains, de l’enfance à l’âge mûr. L’ombre des jours gratte le vernis des conventions sociales, là où ça fait mal, et dévoile l’envers du décor. Et ce qu’on y voit ne fait pas forcément plaisir. On grince des dents, on rit jaune, et l’on acquiesce, meurtri mais soulagé d’un poids, d’y découvrir enfin la vérité noir sur blanc, tel un miroir peu avantageux mais fidèle de notre propre univers.

ISBN : 9 782748 386158 – Prix : 16 euros

A commander à FNAC. Com ou chez Publibook (mais le délai est long) ou, directement par mail à hélène.steichen@sfr.fr (envoi immédiat).

« Montauban Regard de peintre » Bernard DUVERT. Editions Artys
3 Juil 2013

Bernard DUVERT

Bernard DUVERT

Il manquait à la collection des livres sur Montauban le regard d’un peintre. Au total plus de 90 dessins et aquarelles signés du peintre Bernard Duvert, dont on est habitué, comme disciple de Lindström, à un autre style, et qui nous avait étonnés l’an passé lors de son exposition au Musée Ingres.

Ici, l’artiste a choisi des angles de vue surprenants, des lieux surgissant de la lumière et des ombres étroitement liées à l’atmosphère de la cité. Montauban apparaît sous ses fastes orangés, le lecteur se transforme en promeneur au fil des pages.

«Une ville que l’on ne finit pas de découvrir dans un livre incontournable.»

Paru le 18/01/2013 aux Editions ARTYS ISBN 979-10-92110-01-2 – 80 pages – 21 x 21 cm – Prix : 22,00 €

En vente :

– En librairies

– Librairie Deloche – Montauban

– La Femme Renard – Montauban

– Cultura – Montauban

– Espace Culturel Leclerc Aussonne – Montauban

– Espace Culturel Leclerc Sapiac – Montauban

– La Cité du Livre – Caussade

– Par VPC à Editions Artys – 18, avenue du 8 Mai – 82300 Caussade

– Par Internet sur notre site www.editions-artys.fr

« Un an pour découvrir le monde. Une aventure familiale » Anne DAGICOUR
26 Fév 2012

Anne DAGICOUR

Anne DAGICOUR

Elle est professeur d’histoire-géographie, lui ingénieur, ils sont partis faire une parenthèse professionnelle pour découvrir le monde avec leurs deux enfants, Alice 10 ans et Tom 8 ans. De juillet 2009 à juillet 2010, ils parcourent vingt pays en favorisant les transports en commun, la marche à pied et le vélo mais aussi l’hébergement chez l’habitant. Ils ont visité une dizaine d’écoles en Amérique du Sud, en Océanie, en Asie et en Afrique australe, rencontré plusieurs communautés : les Kitchwas en Équateur, les Akhas en Thaïlande, les Himbas et les Sans en Namibie. Une formidable expérience humaine, qui offre un nouveau regard sur la vie et sur les autres.

304 pages – novembre 2010

http://dagicour.free.fr

Clamenç ou le rendez-vous du talent occitan et de la modernité
17 Nov 2011

Clamenç

Clamenç …un peu la Sainte Trinité du nouvel humour occitan .

Étonnant d’assister au spectacle d’un comique sans entendre des cascades de fou-rire … Le public venu à Parisot ce samedi 12 novembre a su savourer la modernité de l’humoriste Clamenç qui présentait son nouveau spectacle 2011-2012 . Le silence trahissait –il l’étonnement du public ? Entrecoupé de «gloussements» il permettait de ne pas manquer le moindre mot de sketches cousus mains et dont un seul point raté peut empêcher de savourer les subtiles réparties et trouvailles. Bien sûr le rire pointa dès qu’on évoqua la DSK «la Descarga seminala» du fameux point K (opposé au fameux point G féminin) que tout homme doit surveiller pour éviter la moindre dérive. La seule évocation du «rei petit» (le roitelet) laissa présager une analyse très sarcastique des prochaines présidentielles. Poète et jongleur de mots en évoquant le désarroi des Franciliens dans une tempête de neige, moralisateur plus à la façon La Fontaine qu’à la méthode Luc Chatel, biologiste ironique face au rajeunissement des cellules ou au FIV post cinquantaine, Clamenç est un humoriste politico-philosophe dont le spectacle est un véritable kaléidoscope où s’entremêlent avec bonheur raillerie, ironie, jeux de mots. Il faut oser utiliser Fukushima, la maladie d’Alzheimer ou la drogue médicamenteuse dans un spectacle à priori comique mais la chute politico-philosophico-moraliste absout Clamenç de toute indélicatesse.

On pourrait croire que Clamenç n’a pas choisi la facilité en jouant avec les subtilités de la langue occitane pour passer la société moderne et ses bavures au crible de ses «relucadas» (regards curieux). C’est pourtant pour lui naturel de s’exprimer dans la langue que «j’ai commencé à apprendre à moins neuf mois» explique-t-il. Cette langue maternelle, affective a empli sa précieuse valise d’émotions qu’il fait partager au public au cours du seul sketch repris lors de ses différents spectacles. Cette valise qui est aussi l’attribut du voyageur qu’il a choisi d’être pour ne pas enfermer l’occitan dans un espace restreint. Sous son chapeau, Clamenç transporte sa culture dans sa valise parce qu’elle est son oxygène, mais aussi pour la comparer à celle des pays qu’il fait parcourir au public et pour lui démontrer que partout, de fête occitane en fête argentine, on sait valoriser les traditions mais trop souvent on oublie d’y employer la langue .

Valorisant la langue d’Oc par un respect, sans pédantisme, de la syntaxe et une richesse de vocabulaire à faire saliver les experts en linguistique, les sketches écrits par André Clément et mis en scène par Clamenç doivent faire regretter à Devos de n’avoir pas su parler occitan .

Pour contacter Clamenç :
Courriel : andre.clement@wanadoo.fr
Tél. : 04 67 79 02 72 ou 06 86 96 09 03
Site : clamenc.fr

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.