»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
55ième Salon des peintres gaillacois. Gaillac (81)
7 Avr 2014

55ième Salon des peintres gaillacois

55ième Salon des peintres gaillacois

Le 55ème salon des peintres du Gaillacois aura lieu du 12 au 21 avril 2014 à la salle de spectacle Rives Thomas, avec Joël Kurgouale comme invité d’honneur sur le thème « Le corps libre ».

Des peintures et des sculptures seront exposées.

Retrouvez, entre autres, les œuvres de  Maryvonne LEPINOY et celles de STANKO KRISTIC, de grandes sculptures de plus de 4 mètres (En savoir +).

Tous les jours de 14h à 18h.

Vernissage : Samedi 12 Avril 2014 à 18h

Maryvonne LEPINOY-GUEGAN. Biographie
1 Fév 2014
Maryvonne Lépinoy-Guégan
Maryvonne Lépinoy-Guégan

Maryvonne est une Curieuse…
La curiosité n’est pas un défaut mais une qualité essentielle !
Au siècle de Louis XIV, les Amateurs d’Art étaient nommés des Curieux.
Un atout qui embellit la vie.
Ma famille m’a transmis le don de la Curiosité et mon père celui du dessin.

Mon parcours : c’est en autodidacte que j’ai fait mes premiers pas car dans mes gènes coulent le virus qui vous fait apprécier les beautés de ce monde.

J’ai suivi des cours de dessin à l’Ecole d’Art et découvert le Pastel en 1992 avec
Monsieur José Rosello, pastelliste de France, puis à l’Ecole du Louvre.
J’ai participé à différents salons en Ile de France… à quelques concours…et, obtenu quelques médailles…
Parallèlement, j’ai réalisé des expositions personnelles lorsqu’en 2000, je me suis intéressée à la généalogie…
J’y ai découvert : un cousin, un artiste peintre-lithographe complètement oublié,
Henri Patrice Dillon.

Cela m’a entraînée dans un dédale de recherches historiques pointues notamment à la Bibliothèque Nationale de France, au Caran et autres lieux d’Archives, pour aboutir à l’Ecriture de deux ouvrages :

-Secret Polichinelle à la Belle Epoque ou la Biographie du peintre-lithographe Henri Patrice Dillon (San Francisco 1850 – Paris 1909) ,
-Le Catalogue raisonné d’Henri Patrice Dillon.

En 2009, une grande rétrospective avec conférence lui a été consacré à Cusset (Allier). Depuis, j’ai exposé dans différents lieux comme : Roquebrune-Cap-Martin (Alpes Maritimes), St Jean Cap Ferrat, Cordes-sur-Ciel, Gaillac, Castelnau de Levis, etc.
Puis, récemment, je me suis ouverte à la troisième dimension : la sculpture…

Voilà un climat… un Art de vivre…

Contact :
11, rue de la Bouteillerie
81170 Cordes sur Ciel

Tél. : 06 11 34 48 01
Courriel : guegan.lepinoy@gmail.com
Site : artmajeur.com/guegan
suite101.com/artist-henri-patrice-dillon

Maryvonne LEPINOY GUEGAN. Conférence sur le peintre lithographe Henri Patrice DILLON à Nègrepelisse (82). Dimanche 3 mars 2013.
19 Fév 2013

Conférence sur le peintre-lithographe Henri Patrice Dillon (1850-1909) Du dimanche 3 mars 2013 à 15h au Salon du Livre de Nègrepelisse(82) :

Si les pierres parlaient… ou La lithographie

Amateur d’art et passionnée de généalogie, Maryvonne Lépinoy-Guégan a découvert chez sa grand-mère des petits dessins bleus signés H.P. Dillon.
Qui était-il, cet arrière cousin de la Belle-Epoque ?
Curieuse, M. Lépinoy-Guégan s’est lancée à corps perdu dans des recherches historiques pointues, notamment à la Bibliothèque Nationale de France à Paris, pour aboutir à l’écriture de deux ouvrages qu’elle présentera dimanche 3 mars au Salon du Livre de Nègrepelisse : Secret Polichinelle ou la Biographie du peintre-lithographe Henri Patrice Dillon et Le Catalogue raisonné d’Henri Patrice Dillon.

Il apparaît ainsi que Henri Patrice Dillon est un peintre lithographe né à San Francisco en 1850 où son père était consul de France et mort à Paris en 1909. Il vécut toujours à Montmartre et fréquenta les artistes du cabaret Le Chat-Noir, tels que Willette ou Rodin. Contemporain de Toulouse-Lautrec, il fut professeur de dessin et vice-président des peintres-lithographes avec Fantin-Latour. Grâce à Puvis de chavannes, il reçut la Légion d’honneur…
Son histoire est donc à découvrir lors de l’incontournable Salon du livre de Nègrepelisse où vous pourrez admirer des œuvres originales d’Henri Patrice Dillon et assister à la conférence suivie d’une séance de dédicace, assurée par sa descendante.

En 2008, se tinrent les premières séances de dédicace des deux ouvrages de M. Lépinoy-Guégan et, en 2009, une grande exposition rétrospective s’est clôturée par une visite-conférence au Musée de Cusset dans l’Allier. Depuis, expositions et salons se sont multipliés pour faire connaître Henri Patrice Dillon, ce lithographe renommé…
M. Lépinoy-Guégan vient de créer une association nommée ATELIER DILLON dont elle est la présidente, dan,s le but de promouvoir l’œuvre et l’enseignement de Dillon. Au printemps 2013, installée à Cordes-sur-Ciel, l’association ouvrira ses portes au 11 rue de la Bouteillerie.
Le 4 mars se tiendra, en Aveyron, accueillie dans les locaux de la mairie de Naucelle On raconte… l’occasion d’une nouvelle conférence ; elle sera suivie d’un repas (contact téléphonique : 05 65 67 82 90).

Au plaisir de vous rencontrer au Salon de Nègrepelisse organisé par le dévoué Monsieur Robert Linas où je vous attends pour une conférence et une séance de dédicaces. Maryvonne Lépinoy-Guégan

Actualités Maryvonne LEPINOY GUEGAN
17 Déc 2012

18ème Salon des artistes de Feytiat

18ème Salon des artistes de Feytiat

Maryvonne Lepinoy Guégan est l’invitée d’honneur à 18ème salon des artistes de FEYTIAT 87

du 12 au 23 décembre 2012

Cette  ville (à côté de Limoges) organise le salon international du pastel en juillet – août.

Présidente de l’association ATELIER DILLON, Maryvonne Lepinoy Guégan exposera tout le mois de février à l’Office de Tourisme, Place des Capitouls à Monclar de Quercy (82).

Contact :
Courriel  : guegan.lepinoy@gmail.com
Site : www.artmajeur.com/guegan

Exposition à Naucelle (12) : L’Envolée des Arts en duo.
18 Sep 2012

Naucelle (12)

Naucelle (12)

EXPOSITION à NAUCELLE . du 20 septembre au 14 octobre 2012 . L’Envolée des Arts en duo.

Maryvonne Lépinoy-Guégan et Marie Pons, exposent ensemble dans le joli village de NAUCELLE lieu dit la Quincaillerie du 20 septembre au 14 octobre.

Toutes 2 Curieuses, comme au siècle de Louis XIV où les Amateurs d’art étaient nommés des curieux. Un atout qui embellit la vie. Est-ce cela qui nous a rapprochées ? Sûrement.
Pourquoi un tel titre ? Maryvonne a peint il y a quelques années L’amour aux mouettes, des oiseaux et elle vient de finir une chouette en pierre. Les ciels se rapprochent de la mer que Marie aime peindre. Notre côté liberté de l’oiseau fera de cette exposition un tremplin pour s’envoler à deux et vous présenter deux artistes régionaux.
Maryvonne a toujours dessiné, d’abord initié par son père, puis en 1985, l’envie de dessin s’est fait sentir. Très vite ces cours de dessin sont devenus en cours de pastel grâce à Monsieur Rosello pastelliste de France. L’acrylique, l’huile et le couteau la ravissent mais sa technique préférée reste sans contexte le pastel pour sa sensualité tactile. Elle commence très souvent comme Monet par des fonds bleus puis ils se fondent au profit d’autres couleurs comme les orangers. Elle a fréquenté les musées parisiens pour comprendre la technique des Impressionnistes comme Renoir, Manet, Degas etc…
Marie originaire de l’Aveyron (St Jean Delnous) fait ses débuts dans la peinture lors de la cessation de son activité professionnelle. Depuis toujours, elle a été attirée par cet art et aurais aimé le mettre en pratique beaucoup plus tôt !!! Elle commence par l’aquarelle avec un peintre tarnais Roger Védeilhé, par la suite les autres techniques (acrylique, huile) sont abordées avec des peintres de renommée dans la région. Pour exprimer plus facilement son ressenti, sa prédilection est sans contexte l’huile et le couteau qu’elle manie plus facilement. Elle aime les teintes chaudes et toute couleur qui fait penser à la mer et au soleil.
Maryvonne comme Marie trouve leur inspiration dans l’instant présent : un voyage, un paysage, un animal ou un corps ou une sensation. Elles aiment le travail en atelier pour la convivialité et l’entrain qu’il dégage mais chez soi avec une musique. Quel régal !!!
Il y a quelques années, Maryvonne a découvert chez sa grand-mère des petits dessins bleus signés d’un arrière cousin, professeur de dessin, Henri Patrice Dillon né à San Francisco en 1850 et mort à Paris Montmartre en 1909, un contemporain de Toulouse-Lautrec. Elle s’est lancé à corps perdu dans des recherches pointues pour écrire sa Biographie et son Catalogue raisonné. Elle multiplie les expositions et les conférences pour le faire connaître et vient de créer une association nommée ATELIER DILLON dont elle est la présidente.
Peut-être prochainement une conférence à Naucelle ou ailleurs ?
Un 3ème ouvrage sur Dillon est en préparation… A suivre…
Maryvonne est éclectique car depuis 2 ans elle a abordé la sculpture : terre cuite, pierre ou bois. Marie a trop de passions inassouvies comme la danse ou le théâtre. La vie d’autrefois n’a pas permis de réaliser ses désirs.
Maryvonne et Marie remercient très sincèrement toute la commission culturelle de la Ville de Naucelle très dynamique d’un grand dévouement au service de la CULTURE qui permet aux artistes de se faire connaître.

Exposition Henri Patrice DILLON à Albi
23 Mai 2012

Henry Patrice DILLON (1850-1909)

Henry Patrice DILLON (1850-1909)

Maryvonne Lépinoy  Guégan expose depuis le 16 mai 2012 à la Galerie BOULEV’ARTS jusqu’au 23 JUIN 2012 les lithographies d’un de ses ancêtres HENRI PATRICE DILLON (1850-1909).

Allez jeter un coup d’œil !
Il est aux côtés de Toulouse-Lautrec son contemporain.

Galerie ouverte du mardi au samedi
BOULEV’ARTS
12 Lices Georges Pompidou
81000  ALBI

Communiqué de Maryvonne Lépinoy Guégan
Source image : http://www.boulevard-arts.com/visite/DILLON/8-12

« Catalogue raisonné d’Henri Patrice Dillon ». Texte de Maryvonne LEPINOY-GUEGAN
25 Jan 2012

Maryvonne Lépinoy-Guégan

Maryvonne Lépinoy-Guégan

Catalogue raisonné d’Henri Patrice Dillon à découvrir sans tarder…
Texte en Français et en Anglais.

Sortie simultanée : Biographie d’Henri Patrice Dillon (1850-1909)

Maryvonne Lépinoy.Guégan, passionnée par la généalogie, est amateur d’Art dans le vrai sens du terme Amour de l’Art. Elle a découvert, dans les archives de sa Grand’mère, des petits dessins bleus signés : H.P. Dillon. Son amour pour la peinture après l’avoir entraînée à participer à de nombreuses expositions dans sa région, lui a ouvert la voie de l’Ecriture pour vous dévoiler un Secret Polichinelle, le grand peintre-lithographe de la Belle Époque, pour lequel on dit :
Polichinelle est à Dillon ce que Pierrot est à Willette et Olympia à Chéret.
Dillon est né à l’époque de la ruée vers l’or, le 23 novembre 1850 à San Francisco où son père, d’origine irlandaise, était Consul de France…Il était donc destiné à la diplomatie, profession qu’il exerça à New-York.
Après le Salon de 1882, Henri Patrice Dillon s’est amusé à reproduire sa toile sur pierre…
Tous ses amis applaudirent et dirent de lui : il a la pierre dans le sang.
Noble technique, il se lancera dans la Lithographie mais tardera à exposer par goût de perfection ou timidité. Il participera régulièrement à tous les Salons depuis 1876, ainsi qu’à ceux de Nantes, Reims, Dijon et Versailles. Ses professeurs furent Pils, Lehmann, Cabanel et Carolus-Duran.
C’était à la Belle Époque du Chat-Noir.
Lithographe de renom, ses lithographies furent très recherchées. En 1890, à l’Exposition de l’Ecole des Beaux-Arts, il réalisera des lithographies qu’il donnera aux passants.
Il fut à l’origine de la Renaissance de la Lithographe en 1895, cofondateur de l’Album des Peintres-Lithographes avec MM. Bénédite, Conservateur du Musée National du Luxembourg et Alboize, Directeur de l’Artiste. Ils y présenteront les plus grands lithographes faisant leurs premières armes qui seront initiés par Dillon et Duchâtel.
Il fit partie des Incohérents, des Humoristes, de la Société des 1 devenue Société Universelle des 1, amicale internationale.
Entre 1891 et 1895, vice-président des Peintres-Lithographes avec son ami Fantin-Latour.
Il fut médaillé d’honneur en 1890, 3ème cl. en 1892 et en 1895 à l’exposition du Centenaire classé Hors concours. Nombreuses affiches, almanachs, calendriers, cartes de visite, cartes de vœux, menus, illustrations de livres comme la Nouvelle Bibliopolis d’Octave Uzanne. Dillon Henri Patrice est un réel artiste entièrement voué à son Art. Il fut décoré de la Légion d’Honneur en 1896, grâce à Puvis de Chavannes. Professeur de dessin, il se consacre à sa passion d’enseigner dans les écoles et reçoit les Palmes Académiques en 1897. En 1900 à l’E.U., médaille d’argent.
Il participa en 1902 à l’illustration du Moniteur du Littoral à Monaco puis, à l’Exposition organisée par Rodin au Château de Rohan à Strasbourg en 1907.
Il ne comptait que des amis… ils se groupèrent autour de Lunois, président de la Lithographie pour organiser une exposition en avril 1909, mais Dillon s’éteindra le 16 mai 1909 à l’hôpital Lariboisière à Paris.

L’objet de ce livre est de rendre hommage à ce descendant d’Irlandais, mon cousin Henri Patrice Dillon pour simplement vous le faire découvrir…

N° ISBN 978-2-952 9959-0-0 –  EAN 9782052995900 – Prix 58 euros

Biographie du Peintre Lithographe Henri-Patrice Dillon (1850 – 1909). Maryvonne LEPINOY-GUEGAN
25 Jan 2012

Maryvonne Lépinoy-Guégan

Maryvonne Lépinoy-Guégan

Henri-Patrice Dillon est né le 23 novembre 1850 à San Francisco (Californie) où son père, français d’origine irlandaise, était consul.
En 1855, Henri-Patrice revient en France avec sa mère, ses frères et sœurs. Parallèlement à ses études au lycée Louis le Grand, il suit des cours de dessin auprès de Pils dès 1858.
Il travaille comme attaché d’ambassade au consulat de New York de 1870 à 1874 où il découvre les expositions de Carolus-Duran dont il apprécie le jeu de couleurs ; il le retrouvera en France comme professeur ; en effet à son retour, ne ressentant aucune vocation pour les métiers de la diplomatie, il décide de se consacrer à la peinture, et en 1875, s’inscrit à l’Ecole nationale et spéciale des Beaux-Arts où il travaille dans la classe d’Henri Lehmann (élève d’Ingres).
Ses premiers tableaux furent de grandes compositions.
Au Salon de 1882, il présente une peinture, Une séance à l’atelier qui obtient un vif succès grâce son effet de clair-obscur ; la même année, H.-P. Dillon la reproduit en lithographie (mais ne l’exposera qu’en 1890) et va désormais se consacrer à cette technique avec Fantin-Latour.
Il publie en 1892 l’Album des peintres lithographes, avec Léonce Bénédite, conservateur du musée du Luxembourg et Jean Alboize, directeur de l’Artiste, amorçant ainsi la renaissance de la lithographie ;
Installé à Montmartre, il fréquente le club littéraire des Hydropathes, adhère aux Incohérents ; il puise son inspiration dans les milieux artistiques des théâtres, des cirques. C’est d’ailleurs l’album L’année des polichinelles en 1893 qui le rend célèbre. Portraits d’artistes et d’auteurs, affiches et programmes de spectacle, sont autant de façon de plonger dans le milieu des salles parisiennes.
Comme d’autres artistes de son époque et notamment Toulouse-Lautrec, Dillon s’inscrit dans le Japonisme. Le travail de Dillon n’est pas sans rappeler celui de son ami Henri Rivière (1864-1951) : goût pour les effets de clair-obscur très accentués, les jeux d’ombres chinoises sous des ciels de pluie, de brume, travail sur les hachures et sur les jeux de géométrie des parapluies, encadrement japonisant imprimé, obtenu au moyen de plantes (ombelles) disposées sur la pierre en manière de réserve lors de la projection de la pluie d’encre, dite crachis.
Il sera décoré de la Légion d’Honneur grâce à Puvis de Chavannes.

Je vous invite à découvrir le Paris de la Belle époque du Chat-Noir celui des peintres de Montmartre.
Henri-Patrice Dillon décède à Paris le 16 mai 1909.

N° ISBN : 978-2-952 9959-1-7 – EAN : 9782952995917 – Prix : 52 euros

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.