»
M
A
R
Q
U
E
-
P
A
G
E
«
« Vindictus » de Patricia VIDAL-SCHNEIDER
25 Juil 2020

Vindictus

Roman

Le 13 Janvier 1877, le corps de la petite Anaïs est retrouvé dévoré par les loups aux abords d’un petit village reculé, aux confins du Sud-Aveyron, du Tarn et de l’Hérault.
Dévorée par les loups, c’est du moins ce qui est écrit sur la Croix érigée là, en sa mémoire.
Mais dans le pays, il se chuchote tout autre chose, de ces choses dont on ne parle pas….
Quel élément, en lien avec cette sordide histoire, resurgit dans l’hiver 2019, quand survient dans le canton une série de crimes, dont le fil conducteur ramène à la Croix d’Anaïs !
Qui veut venger Anaïs après toutes ces années et pourquoi… quelle funeste mission le jeune Germain Grialou, surnommé Germain le chien en référence à une hypertrichose invalidante, a-t-il confié inconsciemment à ses descendants.
Anaïs Garenc, jeune policière de la brigade anticriminelle de Rodez se lance dans une enquête, qui associe les légendes locales aux sombres secrets de familles que l’on appelle aussi malédiction transgénérationnelle.
Vindictus c’est l’histoire d’une famille et du massacre des loups dans le canton, déclenché par la mort de la petite Anaïs à la fin du 19ème siècle.
Vindictus… c’est l’histoire d’une vengeance…
Même si l’adage veut que « la vengeance soit un plat qui se mange froid », c’est-à-dire qu’il faut attendre avant de se venger, et surtout réfléchir, la vengeance consume et ronge pendant des mois, voire des années, voire des générations. Elle immobilise la personne dans la violence et l’empêche de pardonner ou d’avancer, jusqu’au moment où…
ISBN : 979-10-377-1058-1

Disponible dans toutes les librairies qui peuvent le commander à leur fournisseur : La SODIS.

Egalement disponible sur des plateformes informatiques de ventes : Amazon – La FNAC – Décitre – Le Furet du Nord – Cultura…

« Le Vol Noir des Corbeaux » de Patricia VIDAL-SCHNEIDER
25 Juil 2020

Le vol noir des corbeaux

Roman

A l’été 1944, la rafle des juifs s’accélère. Les réseaux de résistance s’organisent et de nombreux enfants sont cachés dans les fermes du Sud Aveyron.
C’est ainsi que le petit Henri Bloch échappe in extremis à la déportation de ses parents grâce à Pierre Ville son instituteur.
Il rencontre au Château Rachou de Camarés la petite Sarah Blum et un lien très fort se crée entre les deux enfants.
En 1960, ils se retrouvent par hasard à Paris et une histoire d’amour naît de leurs retrouvailles.
Sarah étudiante en psychologie se consacre à mettre en lumière les traumatismes des enfants cachés et Henri élève du bétail dans une ferme du Sud Aveyron…
De la Résistance au procès Eichmann à Jérusalem en 1961… Tout semble n’être qu’un mauvais souvenir. Et pourtant…en Mars 2012, un attentat meurtrier cible l’école juive de Toulouse, réveillant les démons du passé.
Et si l’histoire n’était qu’un éternel recommencement…

ISBN : En cours d’édition…

« Les coquelicots de Tipasa » de Régine LAPRADE
16 Avr 2020

Les coquelicots de Tipasa

Ginette s’appelle en réalité Zineb. Elle est née en Algérie en 1927 d’un père algérien et d’une mère française, pied-noire. Aujourd’hui âgée de 92 ans, elle habite près de Marseille. Les hasards de la vie l’ont conduite aux quatre coins de France, mais plus particulièrement à Brive-la-Gaillarde où son mari travaillait à la mairie auprès de Jean Charbonnel.
Ce roman historique met en scène plusieurs personnages et générations, avec un seul fil conducteur, celui de la guerre d’Algérie :
*Zineb-Ginette qui, écartelée entre deux cultures, deux identités, regrettera sa vie durant l’époque du bonheur, celle où le « vivre ensemble » lui semblait possible, celle d’un paradis perdu que les coquelicots de Tipasa symbolisent.
*Georges Pelo, pied-noir d’origine espagnole, époux de Ginette. Il nous explique au fil des évènements, le contexte de la guerre d’Algérie, nous fait rencontrer des personnages d’importance capitale. Lui aussi croit au « vivre ensemble » et le tente plusieurs années après l’indépendance.
*Brigitte et Éric, les enfants de Ginette. Il a fallu se rendre à l’évidence : quitter l’Algérie, entamer une autre vie en France qui ne fut pas toujours un long fleuve tranquille. Aujourd’hui enfants, petits-enfants, toute une famille s’unit autour de Ginette, veuve, leur mama, qui leur transmet un peu de cette Algérie qu’ils ne connaissent pas pour la plupart d’entre eux, mais qui de façon indélébile fait partie de leur histoire.
Régine Laprade Les coquelicots de Tipasa Éditions Les Monédières (Limoges)
ISBN 978-2-36340-158-8 Prix de vente : 18euros.

Pour voir la bio-bibliographie de Régine LAPRADE, cliquez ici

« Menhir » de Claude RANNOU
2 Oct 2019

Menhir

L’auteur nous ramène 6000 ans en arrière, à une époque où l’agriculture prend définitivement le pas sur la chasse et la cueillette.

Un groupe de réfugiés débarque dans une région inconnue et commence à s’installer. Chacun des personnages a son rôle à jouer dans cette société qui ne connait pas encore de structure hiérarchique.

Tout se passe bien jusqu’à l’arrivée d’un clan de chasseurs avec lequel il va falloir collaborer. Un jeune homme plus éveillé que les autres va se mettre en tête d’élever un monument de pierre pour protéger le village et témoigner de leur existence aux générations futures. S’attaquer à un tel projet ne va pas être facile mais, tout le village y participant, ce sera finalement un succès.

Ce roman tente de montrer quelle vie menaient nos lointains ancêtres dans une aventure qui, en intégrant le lecteur dans ce monde mystérieux, ne peut laisser indifférent.

« Menhir », est paru en Juin 2019 aux « éditions du Lys bleu ».

On peut l’acheter dans les librairies ou sur internet en tapant « les livres de Claude Rannou » ou « éditions le lys bleu ».

ISBN: 978-2-85113-780-7

« Le Palais du DIABLE », Bernard Mahoux
12 Fév 2019

Le Palais du Diable

Bernard Mahoux rêve d’être l’Alexandre Dumas de l’Occitanie. Il publie chaque année, depuis vingt ans, un roman historique ancré dans l’histoire des pays d’oc, le plus souvent au temps des troubadours et des hordes de croisés francimans. Pour que nul n’ignore notre histoire au temps de sa splendeur.
Aujourd’hui il met en scène un personnage très controversé, Bernard de Castanet, à qui on doit la cathédrale d’Albi et le palais de la Berbie. Mais cet évêque à la réputation sulfureuse inaugura aussi une période de terreur, pour l’Occitanie en général et les Albigeois en particulier, car l’homme était autoritaire, orgueilleux et cruel.
Devant la résistance et le mauvais esprit des grandes familles albigeoises, toulousaines et carcassonnaises, épaulées en sous-main par l’administration royale, Castanet lance une série de procès en hérésie, les prévenus n’ayant plus dans ce cas le moindre droit à se défendre face aux inquisiteurs dominicains. Parmi eux un moine, frère Foulques de Saint-Georges, se fait remarquer par son goût prononcé pour les séances de torture, et pour les belles Albigeoises dont les maris sont en prison.
Les ouailles de l’évêque ne se laissent pas faire. Parmi les rebelles, outre les grands marchands, il y a le beau Matthieu, élevé à Cordes dans la foi cathare, frère Benoît, un jeune chanoine de Sainte-Cécile qui s’ennuie aux offices, et les enfants du banquier Fenasse. Tous n’ont qu’un but : se débarrasser du tyran, et de son âme damnée, l’odieux Foulques de Saint-Georges.

Geneviève FALGAS. Biographie
1 Fév 2019

Geneviève FALGAS

Geneviève Falgas, docteur en Histoire, est l’auteur de plusieurs livres d’Histoire et de nombreux articles publiés dans diverses revues. Elle a participé, dans le cadre de ses recherches, à de nombreux colloques internationaux. Elle est vice présidente de l’Académie des Belles lettres de Montauban, membre de plusieurs associations littéraires, dont la Compagnie des Écrivains du Tarn-et-Garonne. En 2014, l’Académie du Languedoc lui a décerné le Grand Prix du Livre de la ville de Toulouse. Elle s’intéresse à l’Histoire du Sud-ouest, en particulier à la période de l’Occupation dans cette région. Son dernier ouvrage, « Un jour, la guerre finira », qui vient de paraître aux éditions Cairn, est un roman historique qui met en scène un groupe de jeunes résistants, hommes et femmes, dans une vaste région entre Montauban et Toulouse. Elle donne des conférences, dans le cadre d’associations pour la sauvegarde de la Mémoire et du Patrimoine, sa manière d’apporter une contribution à ces associations locales qui œuvrent pour la diffusion de la culture.

Geneviève FALGAS g.falgas@orange.fr
34 Chemin de la Serre du Roy 82200 Moissac
Tel. 06 61 93 45 58

Contenu réalisé par OPI & Développement Informatique réalisé par © WASI. Tout droits réservés. Propulsé par WordPress.